En colère suite à la mort de Yamadou Sagna, les jeunes des différentes communes de Saraya ont mis à sac la brigade des douanes et la gendarmerie de Saraya.

En ce lendemain (hier) du décès du jeune Yamadou Sagna qui aurait été tué par un élément de la Douane à Bokhody dans la commune de Missirah Sirimana, les populations de Saraya ont réagi en manifestant.

A notre arrivée aux environs de 10 h, mardi 14 février 2017, les manifestants avaient déjà mis à sac les locaux de la brigade des douanes de Saraya et emporté quasiment tous les matériels des douaniers. Ils ont abandonné sur place un vilain décor qui a mis à nu les occupants de ces locaux.

Des munitions, des produits chimiques saisis, des bonbonnes de gaz, des uniformes, des sachets de médicaments, de bonbons jonchaient le sol et d’autres affaires.

Les belligérants (populations et gendarmes) avait fait de la devanture de la brigade de gendarmerie un champ de bataille. L’atmosphère était polluée par des jets de pierres et de gaz asphyxiants. Les interventions et les tentatives de médiation des journalistes déployés sur le terrain par le Conseil départemental de Saraya n’ont pas pu ramener le calme. Se faufilant entre les pierres et les gaz asphyxiants, les journalistes ont allié médiation et couverture de la manifestation. Il leur a fallu par moments se mettre à l’abri pour souffler. L’inhalation de ces gaz asphyxiants a failli être fatale à certains d’eux. L’intifada se poursuivait. Certains parmi les manifestants ignoraient l’importance de la présence de la presse et empêchaient les journalistes de faire correctement leur travail. Il a fallu à chaque fois expliquer à ces gens l’importance de la présence de la presse. Les manifestants sont quand même parvenus à mettre à sac les locaux de la gendarmerie.

Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com

PARTAGER