D’après un sondage rendu public le 13 février, seulement 5% des femmes indiennes ont le droit de choisir leur époux et 45% d’entres elles sont illettrées. Des chiffres effrayants, qui rappellent que la vie des femmes est totalement contrôlée dans ce pays.

Ce n’est un secret pour personne, l’Inde a encore beaucoup de progrè à faire en ce qui concerne le respect des droits des femmes. Et un sondage réalisé entre 2004 et 2012 de l’Indian Human Development Survey vient de le confirmer, révélant que seulement 5% des Indiennes ont le droit de choisir leur mari, tandis que 73% d’entre elles sont mariées de force, par choix des parents. Parmi celles-ci, 65% ne rencontrent leur futur époux que le jour du leurs noces. L’enquête, basée sur 42 000 ménages dans 34 états du pays et sur 35 000 femmes âgées entre 15 et 81 ans, révèle également que 45% d’entre elles sont illettrées.

Selon Kavita Krishnan, membre de l’association pour la progression des femmes en Asie, « le climat culturel joue un grand rôle. Autour de Delhi, la culture patriarcale est plus rigide et hostile à l’autonomie sexuelle des femmes« , explique-t-il pour le journal Hindustan Times. Il ajoute : « Cette étude montre avant tout que le manque d’autonomie est un des plus gros fléaux du pays. Ce problème ne peut pas venir uniquement de l’illettrisme, les gouvernements sont dans l’obligation de proposer des issues« .

Le sondage met également en avant ce constat : la vie des femmes indiennes est totalement contrôlée. En effet, 80% d’entres elles doivent demander la permission pour aller chez le médecin ou même à l’épicerie. Egalement, 27% seulement font partie de la population active du pays, ce qui fait de l’Inde le deuxième taux le plus bas de la participation féminine dans la main-d’oeuvre en Asie du sud, juste après le Pakistan.

Qu’en est-il des mariages forcés pour les enfants ?

« En Inde, les mariages forcés et précoces restent une pratique coutumière et ancestrale, qui nuit gravement au développement et à l’avenir des enfants« , rappelle l’ONG Humanium. Le pays est classé deuxième en matière de mariages d’enfants, juste après le Bangladesh. En effet, 40% des mariages forcés sur les jeunes de moins de 18 ans sont célébrés dans ce pays. Pourtant la législation indienne interdit ces unions, mais malheureusement, les filles sont promises à un homme dès leur naissance et sont mariées dès leurs premières règles (entre 10 et 11 ans). Selon un rapport de l’UNICEF de 2015, le taux de naissance chez les adolescentes est de 39%, et représente un grave risque pour la santé : « En effet, étant trop jeunes pour avoir des relations sexuelles et supporter une grossesse, elles meurent très souvent en couche ou survivent avec de graves séquelles sur le plan de leur santé« ,, rappelle Humanium.

Aufeminin

PARTAGER