Les femmes sont très soucieuses de leur beauté et de leur apparence, c’est pourquoi, elles font de leur mieux pour être belles au quotidien. Elles essaient donc de choisir les meilleurs produits de beauté qui sauront les mettre en valeur. Parmi ces produits, le vernis à ongles est un must de la beauté des mains, puisqu’il permet de donner aux ongles un aspect brillant, coloré et soigné. Cependant, la plupart des femmes ignorent que ces petits flacons aux couleurs séduisantes ont de très mauvais effets sur le santé. Découvrez-les, ainsi que quelques alternatives naturelles pour les remplacer.

Le vernis à ongles, un danger pour la santé

Récemment, un groupe de chercheurs de l’Université de Duke aux États-Unis a  réalisé une étude sur 26 femmes, pour savoir si elles avaient des traces de toxines chimiques dans le corps. Les résultats publiés dans Environment International, ont montré que les tests étaient positifs pour la grande majorité d’entre elles, et il s’est avéré que le vernis à ongles était la source de ces toxines. En effet, 24 femmes présentaient des taux élevés de phosphate de diphényle, une substance qui se forme quand l’organisme métabolise le triphénylphosphate (TPHP), 10 heures seulement après avoir appliqué ce produit.

Pour approfondir leur recherche, le même groupe de chercheurs a testé 10 vernis à la recherche du triphénylphosphate, et a découvert sa présence dans 8 d’entre eux. De plus, 2 de ces derniers ne le mentionnaient pas sur leur étiquette. Autrement dit, près de 20% des fabricants de vernis négligent de mentionner la présence de ce dangereux composant chimique dans la liste de leurs ingrédients.

Qu’est-ce que le triphénylphosphate ?

Le triphénylphosphate, utilisé pour assouplir la texture du vernis à ongles et le faire durer, a été intégré à la composition des vernis en remplacement de certains phtalates (ex.phtalate de dibutyle), des composés chimiques connus pour leur effet perturbateur sur le système hormonal, ainsi que pour leur toxicité pour le système reproducteur. Or, cette alternative n’est pas mieux, car le TPHP serait également à l’origine de perturbations endocriniennes, ainsi que de troubles du développement, du métabolisme et de la reproduction. Ces derniers sont d’autant plus importants chez les petites et jeunes filles en pleine croissance, et qui l’appliquent régulièrement.

Autres substances nocives dans le vernis à ongles

Le TPHP n’est pas le seul composant nocif dans le vernis à ongles. Ce dernier contient d’autres substances nocives dont :

  • Le formaldéhyde : Il est connu pour être cancérogène et pour sa capacité à se dissoudre dans l’eau et dans l’air. D’ailleurs, c’est lui qui donne au vernis son odeur forte caractéristique, et est souvent source de démangeaisons à la gorge, d’asthme et de difficultés respiratoires. De plus, les personnes souffrant de maladies chroniques sont particulièrement susceptibles d’être empoisonnées par le formaldéhyde.
  • Le toluène : une substance chimique qui affecte le bon développement des enfants, et certaines recherches scientifiques ont pu en trouver des traces dans le lait maternel. Sur le long-terme, il peut également causer des irritations cutanées.

 

 Santeplusmag
PARTAGER