La bataille des investitures pour les élections législatives s’annonce rude à Sedhiou. A l’heure où nous sommes au moins quatre candidatures sont annoncées dans le camp de la mouvance présidentielle pour seulement deux siège de la circonscription départementale de Sėdhiou. Le coordonnateur de la convergence des jeunes républicains de Sédhiou qui a fait cette révélation, est revenu, dans cet entretien, sur de nombreux sujets qui agitent l’Alliance pour la république à Sédhiou. Mamadou Saliou Barry s’est prononce également sur la Cojer, la situation des jeunes de Sédhiou ,son rapport avec le Président du conseil départemental et les raisons de son départ à la tête du cabinet de ce dernier.

QUERELLES DE CHAPELLE : LES RAISONS

« Nous allons vers des élections qui sont compliquées, chaque responsable politique a des ambitions.On dénombre quatre candidat s prêt à faire cavalier seul s’ils ne sont pas investi .
Au niveau de l’APR, jusqu’à présent il n’y a  pas eu de rencontre pour harmoniser les positions. Mieux, chacun cherche à se positionner, à se rendre visible. Certes l’APR n’est pas un parti structuré de manière horizontale, mais ce n’est pas un problème en soi. À Sédhiou on a un problème de leader capable de rassembler toutes ces forces. C’est les conséquences du manque de promotion des cadres, nous n’avons que des postes électifs, c’est pourquoi les élections donnent l’occasion à chacun de réclamer sa part du gâteau. Ce qui fait que ces élections ont un aspect local avant d’être national, on oublie que la bataille c’est de donner une majorité au Président à l’Assemblée Nationale.

LE PROFIL DU CANDIDAT

« Il doit être quelqu’un capable de convaincre les populations et être leur digne représentant à l’hémicycle. Sédhiou a besoin de gens capable de porter dignement les préoccupations des populations dans de hautes instances de décisions. Pour cela il faut une véritable alternance générationnelle. Nous avons notre mot à dire.Nous ne laisseront pas faire surtout quand on sait qu’à la cojer reste la seule structure qui fonctionne.La jeunesse ne laissera pas faire de toute les façons, nous avons notre mot à dire, parce que notre structure, la Cojer est la seule qui assure l’animation du Parti. Nous attendons le moment venu pour réclamer notre part,nous avons tous été laissés en rade. Nous avons joué un rôle déterminant dans l’élection de Macky en 2012. Pour l’accueillir ici à Sédhiou, nous n’avions aucun sou, j’ai pris le devant pour emprunter 700.000Francs chez un commerçant qui est un parent pour prendre en charge les frais d’organisation du meeting. Benoît qui devrait envoyer de l’argent n’a pas agis vite, pour accueillir les camarades de l’intérieur de la région, nous avons pris les devants.

CONTRE MANIF’ DE Y’EN A MARRE

« Le Mouvement Y’en a Marre défend l’intérêt de leur responsable e non  celui du peuple, pour contre carré leur mobilisation et apporter une réplique à leur discours les jeunes à travers la Cojer ont voulu organiser une contre-manifestation, mais comme nous sommes des Républicains attentifs aux directifs du Parti, nous attendons le mot d’ordre. Nous exprimons toujours notre fidélité à la camarade Thérèse Faye Diouf qui travaille pour mériter la confiance du Secrétaire général.

CLASH AVEC LE PRESIDENT DU CONSEIL DEPARTEMENTAL

La convergence des jeunes républicains est représenté dans chaque commune et département du pays .De 2010 à 2014, il n’existait pas de Cojer à Sédhiou au niveau départemental. Le parti organisait l’Université Républicaine, regroupant tous les Cojer Départementaux mais Sédhiou n’était pas représenté à cette rencontre. Partant de là j’ai, lors d’une rencontre tenue à la chambre des métiers attiré l’attention de mes camarades sur la question. L’assemblée qui a apprécié ma remarque, a décidé de se pencher sur la question le 08 mars.À cette date,à l’unanimité des jeunes de différentes communes m’ont proposé comme Coordonnateur .Poste que j’occupais depuis 2014. Nous avons déposé notre P V auprès de Abdoul Mbow , Coordonnateur National de la Cojer. Le Président du Conseil Départemental a reçu une copie de ce PV qui devait atterrir au directoire nationale. Depuis lors on s’organise et mène nos activités sans problème. Mais cette année, le Président Boubacar BIAYE m’a appelé pour demander de céder la Coordination départementale à El Hadji Abdoulaye Souané pour me consacrer à la commune. Chose que j’ai refusée. Pour moi c’est une trahison à l’endroit des camarades qui ont placé leur confiance en moi, c’est là qu’à commencer notre divergence. Depuis cette rencontre tenue en présence de Aliou Diallo, Vice-Président du Conseil Départemental, et du concerné, El Hadji Abdouaye Souane qui depuis lors s’auto-proclame Coordonnateur départemental de la Cojer . Je considère cela comme une usurpation et précise que je suis le patron de la Cojer à Sédhiou comme en atteste les rencontres que j’organise régulièrement. Mais Honorable Biaye ,voyant mon refus comme une insubordination, m’a remercié. Je ne suis plus dans son cabinet. J’organisais des rencontres sans son soutien. Je considérais que mon poste Chef de Cabinet n’a rien à avoir avec mes responsabilités politiques. Je me suis trompé. Son ambition c’est de m’utiliser et de me jeter à la poubelle, chose que je ne peux jamais accepter. Je suis vraiment déçu. Je regrette d’avoir été son chef de Cabinet, qui me ramène au statut de simple militant de Biaye et non du Parti. Pourtant j’ai gagné ce poste sur la base d’un compromis. Lors des investitures de 2014, je devais être sur la liste en tant que responsable des jeunes, mais il m’a appelé pour me dissuader car il a fait face à des problèmes de choix. Il m’a donc proposé d’être Chef de Cabinet après l’élection. J’ai surtout céder, parce que à ma place il a proposé un jeune qui se trouve être El Hadji Abdoulaye Souane représentant les étudiants.
Aujourd’hui je le regrette amèrement.

LES JEUNES LAISSÉS EN RADE

Le Président Macky Sall a mis en place une politique de promotion de l’emploi des jeunes.
Malheureusement à Sédhiou la mise en oeuvre de ses programmes reste problématique. Le financement des jeune bat de l’aile alors que leurs présence dans les DAC reste précaire ».

Propos recueillis par

Sanoussy Dia à Sedhiou pour Xibaaru. Com
PARTAGER