Des agents de la Direction administrative et financière et de la Perception de la mairie de Dakar sont entendus par la Dic depuis mercredi. C’est la conséquence des conclusions d’un rapport de l’Ige déposé sur la table du chef de l’État et transmis au Parquet par ce dernier.

« La mission de l’Inspection générale d’État, après un séjour de 18 mois ici, a rendu ses conclusions », a indiqué Khalifa Sall en conférence hier, jeudi 16 février. « Ses conclusions en ce qui concerne le volet Gestion relèvent de considérations et d’appréciations qui nous permettent de continuer dans ce que nous sommes en train de faire. C’est-à-dire continuer de gérer la Ville dans la transparence, dans l’inclusion et dans la collégialité. Toutefois, nous avons été informés de ce que Monsieur le président de la République a décidé, concernant la gestion des fonds de la caisse d’avance de la Ville, de nous déférer au niveau du procureur de la République. »

Les convocations en question ont « ému » le maire de Dakar qui déclare : « Ces collaborateurs qui sont convoqués sont en train de suivre la procédure. Ce qui mérite d’être relevé, toutefois, c’est concomitance de la situation avec le climat politique actuel. Il faut relever que cette situation particulière n’est faite qu’à Dakar. Ce qui mérite d’être relevé, c’est que ces crédits ont une vocation d’être connue de tout le monde. Aujourd’hui, il faut répondre devant la justice parce que telle est la volonté du président de la République. Mais nous le ferons à notre manière le moment venu. »

Khalifa Sall n’a pas manqué de préciser que cette caisse d’avance existe depuis Lamine Guèye. Qu’elle a été autorisée par Senghor, confirmée par Diouf et ensuite par Wade.

L’As

PARTAGER