Un lycéen du Lycée Toqueville de Grasse a tiré sur son proviseur en le blessant ainsi que d'autres personnes présentes. le jeune homme est fasciné par les armes et la tuerie du lycée Columbine qui a eut lieu aus USA en 1999. A high-school student shooted at his principal in the Toqueville high school in Grasse in South-East of France near Cannes. According to the police the boy was fascinated by weapons and the Columbine High School massacre. March 16th 2017 PICTURE NOT INCLUDED IN THE CONTRACT. ! Only BELGIUM !

Les policiers en charge de l’enquête sur la fusillade survenue dans un lycée de Grasse ont interpellé et placé en garde à vue le frère d’un ami proche du tireur, a-t-on appris vendredi de source proche du dossier.

Cette interpellation est la deuxième après celle du tireur, qui s’était rendu sans opposer de résistance jeudi, et a « commencé à parler » en garde à vue selon cette source, confirmant une information de BFMTV. Le lycéen, apparemment motivé par les mauvaises relations qu’il entretenait avec d’autres élèves, a ouvert le feu jeudi dans son lycée de Grasse (sud-est), blessant sans gravité plusieurs personnes dont le proviseur.

14 blessés légers
La fusillade a fait en tout 14 blessés légers -blessés par les tirs ou indirectement-, dont le proviseur de l’établissement. Son auteur a été interpellé sans opposer de résistance et a « commencé à parler » en garde à vue, selon la source proche de l’enquête.

Trois adolescents et le proviseur du lycée étaient toujours hospitalisés vendredi matin.

« Peur au lycée »: la Une du quotidien Parisien/Aujourd’hui en France vendredi traduit le choc provoqué par cette fusillade, dans un pays placé sous le régime exceptionnel de l’état d’urgence depuis une vague d’attentats djihadistes sans précédent en 2015 et 2016.

Aucun lien envisagé avec le terrorisme
« Aucun lien ne peut être envisagé avec une entreprise terroriste », a cependant affirmé jeudi la procureure de Grasse, Fabienne Atzori. « Il s’agit visiblement de l’acte fou d’un jeune homme fragile et fasciné par les armes à feu », a estimé la ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem.

Des armes de poing et des grenades -sans doute des grenades à plâtre- ont été découvertes sur le jeune homme, sans que leur dangerosité ait été évaluée dans l’immédiat. Un engin explosif artisanal a été retrouvé dans son sac à dos avant d’être désamorcé dans l’établissement.

Sur des comptes Facebook, Twitter et Youtube correspondant au nom du suspect, on pouvait voir plusieurs photos et vidéos de tueries comme celle de Columbine aux Etats-Unis, une fusillade dans un lycée du Colorado qui avait 13 morts en 1999, ainsi qu’une vidéo d’une personne avec un masque de clown brandissant un pistolet.

L’adolescent s’est procuré les armes chez ses parents et son grand-père
L’adolescent qui a ouvert le feu jeudi dans son lycée de Grasse s’est procuré ses armes, notamment un fusil et un revolver, « chez ses parents et son grand-père », a-t-on appris vendredi de source proche de l’enquête.

« Le revolver était chez le grand-père » et le fusil chez ses parents, a-t-on précisé de même source. « On est en train de vérifier les emplois du temps », notamment des heures qui ont précédé le passage à l’acte », non seulement de l’auteur des coups de feu, mais aussi du frère d’un de ses amis proches », proches, lui aussi en garde à vue, a-t-on encore ajouté.

Cet ami était toujours recherché vendredi. « On a beaucoup de travail, on est en train d’auditionner de nombreux témoins », a-t-on encore poursuivi de même source, soulignant que l’auteur présumé de la fusillade était quant à lui entendu en garde à vue à Nice. « On s’achemine sur une garde à vue de quatre jours », sur la base d’une enquête portant sur une « bande organisée », a ajouté cette même source. La fusillade a fait en tout 14 blessés légers –blessés par les tirs ou indirectement–, dont le proviseur de l’établissement. Son auteur, un lycéen de 16 ans, fils d’un élu local, apparemment motivé par les mauvaises relations qu’il entretenait avec d’autres élèves, a été interpellé sans opposer de résistance.

 

PARTAGER