A grab of a surveillance video footage from Paris Orly airport taken on March 18, 2017 and released on March 20, 2017 shows a man (L) holding hostage a soldier on patrol at Paris's Orly airport before being shot dead. Ziyed Ben Belgacem, 39, who had been investigated for links to radical Islam, was shot dead on March 18, 2017 at Paris's Orly airport after attacking a soldier. Investigators are still trying to understand what motivated the assault by the man who was under the influence of drugs and alcohol at the time, a judicial source said on March 19, 2017. The attack led to a major security scare and the temporary closure of the capital's second-busiest airport. / AFP PHOTO / Paris Orly airport CCTV / -

Les images de l’attaque d’une militaire à l’aéroport d’Orly, captées par une caméra de vidéosurveillance, ont été diffusées par l’agence AP.

Il est 8h22, samedi dernier, quand un homme prend en otage une militaire qui patrouillait dans le cadre de l’opération Sentinelle. L’assaillant lâche d’abord un sac plastique, contenant des hydrocarbures, 750 euros, un briquet et un Coran. Il surprend sa victime par derrière et lui colle son revolver sur la tempe.

« Tuer et mourir pour Allah »
Son collègue ne se rend compte de rien dans un premier temps et personne ne réagit. L’agresseur tente alors de s’emparer du fusil d’assaut de la militaire, sans parvenir à ses fins.

A quelques mètres de là, un employé réalise ce qui est en train de se passer et trouve refuge derrière un comptoir. Au bout d’un corps à corps et une longue lutte de plus de deux minutes, l’agresseur marche à reculons au milieu du hall. Il crie vouloir « tuer et mourir au nom d’Allah », selon le procureur de la République. La militaire parvient enfin à se dégager de son agresseur et c’est là que deux militaires en profitent pour ouvrir le feu à trois reprises sur l’assaillant et le neutraliser. La militaire n’est pas blessée mais en état de choc.

Sous l’influence de cannabis et cocaïne
Le terroriste présumé s’appelle Ziyed Ben Belgacem, un Franco-Tunisien de 39 ans condamné déjà pour plusieurs vols avec violence et trafic de stupéfiants. Signalé comme radicalisé mais pas fiché S, il était aussi sous l’influence d’alcool et de drogues au moment des faits.

Les analyses toxicologiques réalisées dimanche ont mis en évidence une alcoolémie de 0,93 gramme par litre de sang et la présence de cannabis et de cocaïne », révèle une source proche de l’enquête.

Agression sur des policiers
Le parcours violent et destructeur du suspect avait commencé un peu plus tôt cette même journée. Avant de s’en prendre à la militaire, il ouvre le feu sur des policiers alors qu’il faisait l’objet d’un contrôle routier à 06H55 à Garges-lès-Gonesse, dans la banlieue nord de Paris. Il tire au revolver à grenailles sur des agents, en blessant légèrement l’un d’entre eux à la tête, et prend la fuite. « On ne sait pas si le contrôle routier a été l’élément déclencheur du passage à l’acte ou s’il a pu y avoir une préméditation », a indiqué à l’AFP une source proche de l’enquête.

L’homme réapparaît ensuite à une trentaine de kilomètres de là, à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) dans la banlieue sud, où il vole une voiture, avant de gagner l’aéroport d’Orly-Sud.

7sur7.be

PARTAGER