Avant, les hommes politiques attendaient que les élections approchent pour aller à la rencontre des populations et leur donner mille et une promesses qu’ils s’empressaient d’oublier une fois élus. Mais, depuis 2012, la donne a changé. Certains leaders de parti comme Idrissa Seck de Rewmi, Malick Gakou du Grand parti ou encore Pape Diop de Bokk Gis Gis se font maintenant une joie d’aller à l’intérieur du pays afin de massifier leurs partis, vilipender le régime et saper toute ses opérations de charme effectué via les Conseils des ministres décentralisés. Dernièrement, c’est Khalifa Sall, qui vient d’annoncer son ambition d’aller aux Législatives avec son mouvement And Dollel Khalifa, qui s’y est mis.

L’on peut dire, sans risque de se tromper qu’après Me Wade et ses marches bleues, c’est le Président Macky Sall qui a montré l’exemple en allant dans le Sénégal des profondeurs. Et il est heureux de constater que d’autres, avec sagesse et humilité, ont choisi de suivre ses traces. Il y a beaucoup trop de partis au Sénégal. Seuls ceux qui auront les moyens de se rapprocher des populations pour leur expliquer clairement leurs ambitions pour le pays pourront se targuer d’avoir une chance.

PARTAGER