La crise qui précède les conférences nationales s’est produite à cause de la méfiance envers les institutions ; il est donc impératif de faire confiance aux nouvelles institutions, sinon elles ne fonctionneront pas. Le but de ces conférences Le président de la république Macky Sall a lancé un appel au dialogue…Et l’APR a rué dans les brancards pour parler de dialogue plus élargi. Les mouvements de la société civile ont demandé à ce que le dialogue implique tous les acteurs quels qu’ils soient, politiques, civiles etc. C’est comme sui l’APR et la société civile voulait un dialogue national ou une conférence nationale comme celle qui a découlé des crises en Afrique dans les années 90…

Les conférences nationales en Afrique

Dans les années 90, il y a eu plusieurs conférences nationales en Afrique dont le but était de sortir les pays concernés du chaos et de fonder des gouvernements représentants la population entière…C’est ainsi qu’on a eu des conférences nationales au Bénin du 19 au 28 février 1990, au Gabon du 1 mars au 19 avril 1990, au Congo (Brazzaville) du 25 février au 10  juin 1991, au Mali en Août, 1991 : au Togo du 8 juillet au 28 août, 1991, au Niger du 29 juillet au 17 novembre, 1991, au Zaïre (actuel RDC) du 7 août, 1991 au 17 mars, 1993 et au Tchad du 15 janvier au 30 mars 1993…

Le Sénégal n’est pas dans le chaos et n’a pas besoin de conférence nationale. Le président Macky a besoin d’un dialogue politique comme cela se passe dans les nations civilisées.

Un dialogue politique

Le dialogue politique et rien que cela pour apaiser la tension politique face aux défis majeurs. Mais le président n’a pas lancé un appel à un dialogue national. Le Sénégal n’a pas connu de conférence nationale dans les années 90 mais le Sénégal a connu les assises nationales. Et ça suffit largement. Les syndicats ou mouvements de la société civile doivent se référer à ces assises nationales et laisser Macky dialoguer avec l’opposition…

Macky veut dialoguer. L’opposition a répondu favorablement. Alors la société civile et tous ceux qui appelle à un dialogue national doivent savoir que le Sénégal n’est pas au bord du chaos…C’est un dialogue purement politique…Un rajout, autre que politique à ce dialogue, placerait le pays au rang des pays en crise…Alors que tel n’est point le cas.

Penda Sow pour xibaaru.com

PARTAGER