Depuis l’arrestation de Khalifa Sall, peu sont les alliés du chef de l’Etat qui se bousculent dans les médias pour le soutenir. La plupart des sorties sont d’ailleurs pour dénoncer un acharnement contre un adversaire politique. Me El Hadj Diouf, qui est toujours membre de Benno Bokk Yakaar, fait parti des avocats qui se sont constitués pour assurer la défense du maire de Dakar, de même que Me Aïssata Tall Sall qui, aux dernières nouvelles, était membre de la coalition présidentielle vu que son parti y est toujours et qu’elle n’en a pas démissionné. Il y a également Hélène Tine, députée élue sous la bannière de Bess du nakk de Mansour Sy Djamil, membre de BBY, qui a dénoncé un acharnement et un règlement de comptes politiques. Un autre qui n’arrête pas de tirer sur le régime depuis cette affaire: Jean Paul Dias. Chaque jour avec une pierre lancée dans le jardin de Macky qu’à la fin l’on se demande pourquoi il a échappé jusqu’ici aux tirs des apéristes.

A part les membres du parti présidentiel, Me Ousmane Sèye est l’un des rares leaders de BBY à s’être prononcés sur le sujet. Dans un entretien accordé à un site de la place, il explique les arrestations des socialistes Bamba Fall et Khalifa Sall, et la réactivation du dossier Barthélemy Dias, par une simple coïncidence. Pour ce qui est du dernier nommé, il s’agit, selon lui, d’une affaire de meurtre qui date de l’ancien régime. Concernant le second, il estime que « l’Ige (Inspection générale d’Etat) n’est pas composée de politiciens et que le procureur de la République n’est pas un homme politique, encore moins les juges. C’est une affaire qui a débuté par un contrôle normal effectué par l’Ige, qui a établi son rapport ». Et enfin pour le premier, il rappelle qu’une plainte contre X a été déposée et que « c’est le procureur de la République qui a déterminé X en disant que c’est Monsieur tel ». « Je ne vois aucune main politique derrière ces affaires. Ce n’est pas parce que les personnes que vous me citez sont des personnalités politiques qu’elles ne doivent pas être poursuivies. A chaque fois qu’un homme politique est poursuivi, on dit que c’est de la politique. La République ne marche pas comme ça. Les hommes politiques ne sont pas au-dessus de la loi. Maintenant, que ces gens soient de l’opposition, c’est un hasard », a-t-il dit.

Pour ce qui est des autres, pas de soutien affiché ni récriminations dans les médias. Il faut dire que l’affaire est délicate et louche en même temps et prendre parti peut s’avérer risqué pour certains.

PARTAGER

1 COMMENTAIRE

  1. Ces opposants délinquants ne peuvent plus se cacher derrière leurs costumes d’homme politique pour échapper à la justice . Et le président Macky ne protegera personne , peu importe les aspirations politique des accusés.

Comments are closed.