Macky SALL chez Serigne Cheikh Dieumbe…Les Baye Fall reprochent deux choses à Macky : Une vidéo incroyable !

Après le discours du président Macky SALL venu, selon ses dires, présenter ses condoléances au khalife à l’occasion de la perte de sa sœur, Serigne Saliou Fat SOW porte-parole du khalife prit la parole: «Serigne bi vous remercie pour parce que diriger un Pays n’est pas chose aisée, celui qui accepte de porter d’ aussi lourdes charges mérite la reconnaissance des citoyens » dit-il avant d’ajouter: «Mais nous , ses petits frères et sœurs , nous ne sommes pas contents pour diverses raisons dont je cite quelques-unes: Cinq parmi les frères et sœurs du Khalife et une de ses tentes sont décédés sans que vous ayez jugé nécessaire de venir ou d’envoyer émissaire présenter vos condoléances ». Poursuivant il dira : «En outre, dès votre accession au pouvoir vous avez fait confisquer des voitures qu’Abdoulaye WADE avait remises à beaucoup de chefs religieux dont celle de Serigne Cheikh Dieumbe FALL alors qu’elle transportait épouse malade à l’hôpital,  sans que vous soyez intervenu. Quand vous cherchiez le pouvoir vous êtes venus maintes fois le voir pour requérir des prières, la dernière fois, vous nous avez trouvé aux chantiers de l’héliport héla, depuis que vous êtes au pouvoir on ne vous voit plus même si, chaque jour, vous passer devant chez nous. Nous sommes des Talibés certes si vous voyez le khalife général des mourides cela ne peut que nous faire plaisir, cependant le fait que vous ne venez ici qu’en cas de besoin nous dérange naturellement ».
Reprenant la parole, le Président de la république Macky SALL fit comprendre qu’ il n’ a jamais été mis  au courant et sur ce, Moustapha CISSE LO, responsable APR dans le département, à qui incombe la tâche d’informer le président voulut prendre la parole peut être  pour se justifier mais Serigne Fallou FALL, un petit fils de Cheikh Ibar FALL, lui fit comprendre que chez les Baye FALL, il n’avait pas voix au chapitre et, devant l’ entêtement de El pistolero, le petit  et peut être faux Mara s’adressa à lui en des termes que nous ne pouvons pas rapporter ici intégralement. Sooy Wakh May…
Une fois l’incident clos le Président et sa suite prirent congé de leurs hôtes mais n’étaient pas encore au bout de leur peine car, à peine sortis, des cris hostiles fusèrent de partout et ils furent copieusement hués par la foule qui attendait dehors.

Bayou Mbene
Source: cheikhibrafall.com