Vers la mise en place d’un cadre de concertation pour la recherche développement

La salle polyvalente du PADAER a abrité ce vendredi 5 Août 2016, une réunion de partage de la note d’orientation en vue de la mise en place d’un cadre de concertation en Recherche- Développement. Les travaux ont été présidés par M Khadim HANN  Adjoint au Gouverneur chargé de Développement.

Dans une vision d’un «  Sénégal émergent en 2035 avec une société solidaire dans un Etat de droit », le Gouvernement du Sénégal fait de l’agriculture le moteur de la croissance.

M Khadim Hann, l’adjoint au Gouverneur chargé de Développement a profité de cette rencontre pour  attirer l’attention des participants sur l’importance de l’agriculture.

« C’est un levier important pour le Développement de notre pays. Dans le cadre du PSE, des réformes structurantes sont en cours pour le Développement de l’agriculture et l’élevage. Nous nous réjouissions de cette initiative de l’ANCAR qui permettra aux acteurs de se pencher sur les problèmes de l’agriculture dans la région de Kédougou. Beaucoup de contraintes pèsent sur l’agriculture, notamment l’orpaillage traditionnel » a-t-il laissé entendre non sans remercier le Directeur zonal de l’ANCAR tout en  et manifestant l’engagement  de l’administration locale à accompagner l’initiative.

Une production agricole soutenue à long terme est intimement liée à une stratégie de recherche-développement qui met l’accent sur la satisfaction des préoccupations des acteurs locaux et qui facilite la diffusion des résultats de recherche jusqu’au niveau le plus décentralisé. C’est ce qui justifie la mise en place de ces cadres de concertation qui permettront la mise en commun des compétences spécifiques de tous les acteurs intéressés par la Recherche-Développement.

« A travers ces cadres de concertation, les différents acteurs vont faciliter l’identification des besoins, la formulation des thématiques à travers les goulots d’étranglement du secteur de l’agriculture et l’élaboration des projets Recherche-Développement .La mise en place et l’animation de ces cadres traduisent la volonté des Organisations de Producteurs, des Institutions de Recherche et de Formation, des Services de Conseil Agricole et Rural et du Secteur Privé de construire ensemble une dynamique de partenariat pour générer des innovations technologiques pertinentes, opportunes et utiles » a précisé M Lucien Ndécky Directeur zonal de l’ANCAR

Il a par ailleurs précisé qu’il s’agit d’unir les forces des différents acteurs, depuis l’identification à l’élaboration et la mise en œuvre des projets ou programmes car chaque acteur à un rôle à  jouer. Aucun acteur ne peut pas tout faire.

Il faut dire que le Fonds National de Recherches Agricoles et Agroalimentaires (FNRAA) a porté son choix  sur l’Agence Nationale  de Conseil Agricole et Rural (ANCAR) pour piloter le mécanisme de mise en place, d’animation  et de suivi de ces cadres de concertation, avec une approche inclusive et consensuelle dans les zones agro écologiques du Sénégal.  Ce choix s’est matérialisé par la signature d’un protocole d’accord pour une durée de deux (02) ans (1er Janvier 2016 – 31 décembre 2017) entre les deux structures.

A Kédougou, il a été proposé comme membres du  cadre de concertation pour la recherche-Développement le Conseil Régional Concertation des Ruraux (CRCR /faitières), la DRDR/SECNSA, le (Service Régional des pêches et de la surveillance, Recherche (SRPS) l’ISRA ,l’Institut National de Pédologie (INP, le lycée technique, l’ institut Pasteur de Kédougou, l’ANCAR ,Bamtaaré service SA, les Projets, programmes, ONG, IREF /DREEC, ARD, Secteur privé et  la presse locale entre autres.

Incessamment, le Gouverneur de Région prendra un arrêté instituant officiellement ce cadre de concertation pour la recherche-Développement.

Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com