Une jeune femme peule affectée par la mauvaise interprétation du « Neddo ko bandum »

Neddo ko bandum = niit mbokaam, ou encore en français, chaque individu doit se rapprocher de ses proches parents. Traduction approximative, mais tout ceci pour poser les bases d’un débat sur une question qui en irrite plus d’un de nos jours …
Je n’aime pas parler d’ethnies en général, car pour moi seul le dialecte que nous parlons fait la différence, mais nous sommes tous des SÉNÉGALAIS, et in extenso des AFRICAINS …
Mais reconnaissons – le, depuis que nous avons eu un Président d’ethnie Hal Pulaar (dont je ne cautionne pas la politique, mais ceci est un autre débat), plusieurs voix s’élèvent et parlent du Neddo ko bandum à hue et à dia …
Mes parents Hal Pulaar ne sont pas exempts de reproches, car tout le monde connaît notre attachement à nos racines et notre « sectarisme » … Mais le Président est-il le Président des Hal Pulaaren ou celui des 11 millions de Sénégalais? Car si seuls ses mbokk l’avaient élu, il n’aurait pas gagné les élections !
Les différents groupes ethniques ont toujours cohabité pacifiquement dans notre cher pays. Je prends l’exemple le plus connu : le cousinage à plaisanterie entre Sérères et Mbiddous …
Faisons gaffe à l’ethnicisme !!!!
Nous avons vu les dérives que cela a fait chez nos voisins …
Wa Salam !
Ndeye Fatou Kane

1 Comment

  1. Il s’agit plutôt d’un mauvais usage par les politiciens du « nedo ko bandum » et à ce niveau la balle est dans le cas du Président.

Les commentaires sont fermés.