Tous au procès des handicapés mendiants !

C’est M. Yatma Fall, Président de la Fédération des Personnes en situation de Handicap qui nous apprend que : «Sept de nos membres ont été interpellés vendredi dernier (22 juillet 2016). Au moment où nous parlons (ndlr : lundi), d’autres mendiants sont interpellés et admis au commissariat central de Dakar et devront être déférés. Sur les sept mendiants déférés et placés sous mandat de dépôt, figurent six femmes, dont une mère d’un bébé de 7 mois », renseigne-t-il, amer.

L’Etat est-il devenu ivre ?  Est-on tenté de se demander, face à cette vague de ramassage improvisé et précipité des enfants et des handicapés !

Ce furent d’abord les enfants mendiants notamment les talibés qui étaient les premières proies d’un «  ramassage » tous azimut des enfants de la rue, devenu « retrait » des enfants mendiants, deux jours seulement, après le démarrage de l’opération !

Il est curieux de constater que l’Etat nous parlait, tout au début  de : « maltraitance de l’enfant », « du travail des enfants » et de « l’exploitation des enfants ».

Après une audience entre le Premier ministre, M ; Mouhammed Boune Abdallah Dione et  la Fédération des associations des écoles coraniques du Sénégal, le discours change de registre et de timbre : « La mesure ne visait nullement les enfants talibés, régulièrement inscrits dans un Daara, mais plutôt les autres catégories d’enfants qui ne suivent pas des études coraniques. Elle ne concerne également que la seule région de Dakar », a-t-on balancé aux maîtres coraniques. Est-ce pour cela que l’on se retourne maintenant vers les handicapés ou s’agit-il d’une opération de grande envergure contre la mendicité tout court ?

En tout cas, l’Etat patauge dans une marre obscure et développe un discours de diversion nébuleux et de très bas niveau. On ne pourrait appliquer un tel programme sans en avoir l’approbation des populations, qui peinent à comprendre ce que voudraient exactement les Autorités à travers ces actions à l’emporte-pièce.

La riposte des maîtres coraniques a naturellement poussé l’Etat à appuyer sur la pédale douce, pour ce qui est du retrait des Taalibés, mais au même moment, il semble s’acharner sur les handicapés, ce qui est incompréhensible et inacceptable.  Qu’on ne s’y trompe guère, ceux qui s’étaient battus, pour défendre les talibés vont encore  serrer la ceinture pour défendre les handicapés, vaille que vaille. Il incombe à l’Etat de caser ces catégories de personnes vulnérables et nécessiteuses et non de les « ramasser » et de les contraindre à quitter les lieux où elles quémandaient la pitance quotidienne !

Dans un pays où les dirigeants politiques s’accusent mutuellement et à longueur de journée, d’avoir dilapidé les richesses de la nation à coup de milliards de francs Cfa, il  est tout simplement aberrant  de vouloir régler les questions sociales par la prison et la chicotte.

Tous au Palais de Justice de Dakar, ce mercredi 27 juillet 2016, pour soutenir nos frères et sœurs handicapés !

Mamadou Bamba Ndiaye

Ancien Ministre des Affaires Religieuses

1 Comment

  1. Ma seule interrogation c’est comment des sénégalais peuvent en être surpris. Je n’arrive toujours pas à comprendre comment un homme intelligent pouvait ne pas comprendre en 2012, que Macky ne ferait que de pareils. Et le pire est à venir. Toute personne qui ne l’avait pas compris dés la légion d’honneur de Macky de 2008 ne peut qu’être placé parmi ceux qui manquent de visibilité.
    Macky Sall est installé au pouvoir pour détruire la liberté que Wade avait offerte, pour faire regretter au Sénégal, et pire à l’Afrique, d’avoir oser se libérer du joug de l’Occident. Même si Macky Sall restait 70 ans à la tête de ce pays, c’est cette ligne qu’on le verra suivre.

Les commentaires sont fermés.