Tamba : TOSTAN en croisade contre l’excision

Pour un renforcement des capacités sur l’approche des droits humains et l’argumentaire médical et juridique, un atelier de partage s’est tenu à Bakel avec une forte participation de femmes leaders d’opinion. Il a alors été question d’exposer sur la définition de l’excision ainsi que ses différentes formes. Au Dr Mangane, représentant le médecin chef du district de Bakel de mettre le doigt sur les méfaits de l’excision et ses conséquences néfastes à la santé de la reproduction. Selon lui, cette pratique est un phénomène de santé public qu’il faut à tout prix éradiquer. Les autorités judiciaires en ont profité pour souligner que conformément au code pénal, l’excision est une violation, une atteinte aux droits humains. Car, cette pratique est considérée comme un délit par la loi 9905 du 29 janvier 1999. Et donc la peine varie de six (06) mois à cinq (05) ans d’emprisonnement ferme. Parfois, les auteurs et complices peuvent écoper d’un emprisonnement à perpétuité, assorti de travaux forcés, souligne Maître Diakhaté du tribunal départemental de Bakel. C’est dire que les auteurs ainsi que leurs complices doivent être dénoncés pour que cette pratique cesse définitivement dans cette partie du Sénégal.
Sadio SOMARE à Tamba pour xibaaru.com