Tabaski célébrée par tous les musulmans le jeudi 24 septembre…Une première au Sénégal

La coordination des musulmans de Dakar a annoncé que la Tabaski 2015 sera célébrée ce mercredi 23 ou jeudi 24 septembre. Une date qui présage de l’unité retrouvée de la communauté musulmane.
Les musulmans sénégalais célèbreront-ils à l’unisson l’Aïd El Kébir communément appelée Tabaski ? C’est fort probable ! Car un élan unitaire semble se dessinait si l’on se fie aux propos de la coordination des musulmans de Dakar qui pense que cette année, la Tabaski va être fêtée le même jour par toute la communauté musulmane du Sénégal: «Cette année, il est probable que les musulmans célèbrent en même temps le jour de la Tabaski et celui de Arafat», a informé l’imam Ismaila Ndiaye et non moins président de la coordination des musulmans. Selon lui, la Tabaski 2015 sera célébrée, soit ce mercredi 23 ou ce jeudi 24 septembre. En effet, nous dit-on, de sources sûres, toutes les familles religieuses que compte le pays semblent accorder leurs violons pour la commémoration du sacrifice d’Abraham le même jour. Cette entente que bon nombre de nos compatriotes appellent de tous leurs vœux doit être la règle et, la dispersion dans les rangs des fidèles, l’exception. Même si, pendant longtemps, la communauté musulmane a souffert de mésententes qui conduisaient souvent à des célébrations multiples pour une seule et même fête sur un même territoire géographique, l’espoir d’une durabilité de l’unité retrouvée est tout de même permis. Car, selon les préceptes islamiques qui régissent la pratique religieuse de tout musulman, il est préférable et recommandé voire obligatoire que les fidèles suivent une même guidée. Aussi, certaines initiatives conciliatrices ont-elles vu le jour, dans le but d’harmoniser les positions des uns et des autres. L’actuel Khalife général des Mourides, Serigne Sidi Makhtar Mbacké, avait fait une sortie surprenante et fracassante, à ce sujet. Il avait, en effet, demandé à toute la communauté musulmane de ne plus céder aux démons de la division et de tout mettre en œuvre pour que les fêtes religieuses soient célébrées de concert. Car, argumentait-il, « tous les musulmans sont des frères et, de surcroît, les principales familles dont nous nous réclamons ont des liens de parenté très étroits ».
Rewmi