SOS autour de l’école Gadapara de Kolda…996 élèves menacés

L’école élémentaire de Gadapara est toujours dans les eaux de pluie. Une situation qui empêche les 996 élèves à s’y rendre en ce début d’année scolaire. D’où la colère des enseignants de l’école, les parents d’élèves, les élèves, et autres populations du quartier. Un appel au secours à ces élèves est lancé pour que cette école d’application ne soit pas laissée en rade au détriment de ses apprenantes et apprenants. La cour de l’école ressemble à une marre, avec ces eaux pluviales çà et là, dégageant une odeur nauséabonde. Pour la directrice de l’_école, il s’agit d’une situation qui impose des mesures urgentes et efficaces pour dégager ces eaux, et créer immédiatement les conditions d’accueil des élèves et leurs enseignants. Madame Bâ précise que la situation est récurrente, car chaque année, ce sont les eaux de pluie qui retarde le démarrage de l’année scolaire dans ce temple du savoir qui pourtant participe annuellement  à la formation des élèves maîtres. En tout cas si rien d’efficace n’est fait, les nombreux élèves de cette école ne connaîtront pas la rentrée scolaire, au moment où certains de leurs camarades d’ailleurs ont commencé à prendre des notes devant leurs maîtres. D’ailleurs certains plaident pour la délocalisation de ce temple du savoir pour échapper à cette situation négative répétitive. Le directeur du CRFPE s’est joint à cet appel pour inviter les autorités administratives, politiques, bref, toutes les bonnes volontés à venir au secours de Gadapara, afin que la flamme de l’éducation continue à jaillir devant ces petits génies cachés par des eaux de pluie. L’école d’application Gadapara a pourtant fait annuellement d’excellents résultats au CFEE et  à l’entrée en sixième. Elle ne mérite pas cette situation, se désole Khalifa Sané ancien directeur de l’école qui a passé le témoin à madame Bâ il y a deux ans. Ainsi autour de cette école, c’est tout un monde qui pleure,  et appelle au secours. Malgré les efforts des soldats du feu qui évacuent quotidiennement les eaux, la rentrée scolaire à Gadapara application n’est pas pour demain.
EL HADJI MAEL COLY