Si Me Wade voulait partir aujourd’hui, la majorité des responsables du parti ainsi que la base allaient refuser

Le Comité directeur du Parti démocratique Sénégalais (Pds), prévu aujourd’hui, est finalement reporté sine-die. Mayoro Faye, le chargé de communication de la formation politique de Me Abdoulaye Wade, reprécise les choses, en attendant l’arbitrage tant attendu du Maître. Nous vous proposons le document in extenso de M. Faye.
«Je me fais le devoir de dire que j’ai été parmi les premiers libéraux a rappeler que l’option sage de notre parti était de réitérer son engagement et sa loyauté au frère secrétaire général national, Me Abdoulaye Wade, seul habilité, dans le contexte actuel, à nous conduire assurément vers la reconquête du pouvoir à la prochaine élection présidentielle.
Lorsque le Comité directeur, au cours d’une rencontre régulière, a réitère cette position, consignée dans un communiqué publié partout, j’avais pensé que la cause était entendue. Et qu’il ne restait plus qu’à travailler ensemble, la main dans la main.
Seulement, lorsque des frères de parti se lèvent et choisissent la voix des medias pour s’attaquer au parti en dénigrant certains de ses responsables et en demandant même le départ du président Wade du poste de secrétaire général national alors que toutes les questions peuvent être discutées au sein du parti, dans les instances internes, je m’interroge sur les vraies intentions.
Au moment où les Sénégalais regrettent énormément le président Wade, et expriment leur «réthiou» nous du Pds nous devons le préserver davantage, le garder et profiter de son envergure rare pour continuer à remobiliser encore les sénégalais autour du parti.
Si Me Wade voulait partir aujourd’hui, la majorité des responsables du parti ainsi que la base et les sympathisants allaient refuser. Je considère ainsi que cette préoccupation n’est pas opportune actuellement.
Après trois années de tâtonnements et de pilotage a vue, de Macky Sall notre parti est aujourd’hui remobilisé et attend de chacun un travail à la base, dans la solidarité afin d’atteindre nos objectifs communs. C’est pourquoi j’appelle fraternellement nos frères et sœurs du Pds à se concentrer sur l’essentiel.
C’est à dire concentrer leurs énergies: – au combat pour la libération de notre candidat Karim Wade et de tous les autres détenus politiques dont, Me El Hadji Amadou Sall, Toussaint Manga, patron de l’Ujtl et le patron du Meel Victor Diouf.
Surtout qu’en ce moment, le groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire, à sa 72ème session confirme que la privation des libertés de Karim Wade est arbitraire et que l’Etat du Sénégal lui doit réparation; – à s’engager davantage au combat que le parti livre contre Macky Sall et son régime agresseur; – à l’animation du parti à la base; – à la construction loyale d’une dynamique unitaire, qui n’exclurait personne, autour de Me Abdoulaye Wade.
Les batailles de positionnements personnels, l’intox et la manipulation n’ont pas leurs places dans le Pds conquérant d’aujourd’hui. Personne, parmi nous, n’a le droit d’aider Macky Sall et son régime dans leur tentative de destruction du Pds et du président Abdoulaye Wade. Les Sénégalais, aujourd’hui désabusés, ne vont même pas l’accepter».