Scandale des faux bons : la mafia du port tombe

19 suspects dont 8 transitaires et 6 agents de Dubaï Port sont tombés dans le cadre de l’enquête sur le scandale des faux bons à enlever.

Libération révélait que plusieurs transitaires avaient été arrêtés dans le cadre d’une rocambolesque affaire de bons trafiqués dont la principale victime était Dubaï Port World (DPW). En vérité, le dossier implique une vaste mafia cernée par la Division des investigations criminelles (DIC) à la suite de plusieurs semaines d’enquête.

Selon nos informations, tout a commencé lorsqu’à la suite d’un contrôle interne, DPW a découvert que des employés minoraient le poids des marchandises et la durée de magasinage de certains containers en plus de trafiquer les bons à enlever.

Grâce à ces manœuvres frauduleuses, près de 2000 containers sont passés sous le nez de l’opérateur portuaire. En contrepartie, les employés recevaient de fortes commissions de la part de transitaires.

L’enquête de la DIC a permis de mettre la main sur 19 suspects qui ont été mis à la disposition du Procureur de la République hier. Huit transitaires très connus figurent sur la liste des personnes interceptées. Mais aussi des courtiers qui jouaient les intermédiaires entre les transitaires et les agents de Dubaï Port World qui étaient compromis.

Pour le moment, ils sont au nombre de six mais il n’est pas écarté que l’affaire connaisse d’autres rebondissements d’autant que la mafia était active depuis plusieurs mois. D’ailleurs, il est encore difficile pour l’entreprise d’établir le montant exact du préjudice subi.

Libération

Partager