Salif Sadio détruit six champs de chanvre indien à Bignona

Le chef de guerre «d’Atika» lie la parole à l’acte. Salif Sadio vient de détruire pas moins de six champs de chanvre indien dans six (06) villages du Nord-Sindian, dans le département de Bignona.
Le patron du maquis a interdit la culture de cette plante et sa consommation dans cette partie Sud du pays depuis plus d’un an maintenant. Selon nos sources dignes de foi, le chef de guerre «d’Atika» a pris cette décision suite à un soupçon d’une infiltration dans le maquis des narcotrafiquants. Il s’agirait de jeunes qui ne sont ni du maquis ni de la zone qui s’adonnaient à la culture du chanvre indien. D’où viennent-ils, ces jeunes? Sont-ils des espions? Des tas de questions que Salif Sadio et ses hommes se sont posées, nous renseigne notre source. Après l’annonce de cette mesure, nombreux sont les villageois qui se sont pliés à celle-ci. Mais pour combien de temps alors ? Car à moins d’un an de l’effectivité de cette mesure, le constat reste unanime, l’activité a bien repris dans plusieurs villages du Nord-Sindian. Et une patrouille des hommes de Salif Sadio a permis à ces derniers de constater les faits dans six (06) villages. Il s’agit des villages de Kalew, Nialé, Balabassème, Balaougounor, Karéthiaye et celui d’Elole. Après avoir été informé, Salif Sadio a tout bonnement décidé de détruire tous les champs de yamba. Et c’est ainsi que ses hommes sont passés à l’acte. Tous les champs de chanvre indien ont été alors détruits devant leurs propriétaires. La campagne de destruction des champs de chanvre va encore se poursuivre dans ces villages du Nord-Sindian, nous rassure notre source bien informée.Cette mesure de Salif Sadio a pris effet à partir d’une tournée de sensibilisation que ses lieutenants ont tenu dans les villages concernés par celle-ci. Tous les chefs de village ont été sommés de veiller à ce que la mesure soit respectée de façon stricte par tous les villageois.