Retrait des enfants de la rue…Le Premier ministre met tous les acteurs d’accord

Pour éviter tout amalgame par rapport au retrait des enfants dans la rue, le gouvernement et les associations parlent enfin le même langage. Le Premier ministre Mahammed Dionne a présidé, hier, à la Primature, une rencontre avec la Fédération nationale des associations des écoles coraniques du Sénégal (Fnaecs) dirigée par le président Moustapha Lo. Il y avait également à cette rencontre, les représentants de la Ligue nationale des écoles coraniques du Sénégal (Lnecs). Cette rencontre a été une occasion pour le Pm de rappeler que l’opération de retrait des enfants de la rue a été engagée par le gouvernement pour soustraire ces enfants, cibles très vulnérables, des menaces qui les guettent et de l’exploitation abusive dont ils font l’objet.  «Il s’agit également de les prémunir contre toutes sortes de manipulations dans un contexte de menaces sécuritaires dans la sous-région», a-t-il precisé.

Ainsi, la Fnaecs qui a bien compris les fondements d’une telle action de l’Etat, a, cependant, rappelé la nécessité de mieux soutenir les daaras, «véritables lieux de socialisation, très souvent dépourvus de moyens adéquats pour faire face à leurs obligations». La Fnaecs a ensuite fait des propositions au gouvernement allant dans le sens d’un plus grand rayonnement de l’éducation religieuse au Sénégal. Le Premier ministre qui a pris note de ces propositions a réaffirmé l’engagement du chef de l’Etat et du gouvernement à appuyer davantage ces établissements d’éducation religieuse. «Dans les prochains jours, tous les daaras feront l’objet d’un recensement exhaustif pour permettre au gouvernement, instruit en cela par le président de la République, d’engager des actions ciblées en termes de formation, de mise en place de filets sociaux et de mécanismes de solidarité communautaire, en relation avec les collectivités territoriales», a indiqué Mahammed Dionne.

Il a aussi insisté sur l’obligation pour toute la communauté de se mobiliser pour mettre un terme à cette image «moralement inacceptable qu’offre en particulier Dakar, la capitale du pays, avec des enfants et des adultes qui ont fini de faire de la mendicité, un véritable métier». Enfin, le Premier ministre a mis en place un Comité interministériel de lutte contre la mendicité en milieu urbain qui sera présidé par le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique. Outre les membres du gouvernement en charge notamment des questions d’éducation, de la famille et de l’action sociale. Ce cadre de concertation et d’actions regroupera toutes les associations membres de la Fnaecs.