El Hadj Daniel SO d’AG/Jotna salue l’attitude républicaine du Président

« Le plus important est qu’on puisse enfin cadenasser notre constitution »

Je salue l’attitude profondément républicaine du Président de la République qui a su certainement surmonter toutes sortes de pressions afin d’observer scrupuleusement les dispositions de la Constitution. Dans une République comme le Sénégal, le Président de la République incarne l’autorité de l’État. Il veille, par son arbitrage, au respect du texte constitutionnel, et assure le fonctionnement normal des pouvoirs publics et la continuité de l’État.

Par conséquent, conformément aux dispositions de l’article 92 dans son alinéa 2 de la constitution, il se doit de s’imposer et de se faire appliquer en tant que première institution de cette République une décision émanant du Conseil Constitutionnel d’autant que parmi les 15 principales mesures initialement prévues dans le projet de révision, il n’en a reçu que quelques observations. Ainsi, le plus important pour moi est qu’on puisse enfin cadenasser notre constitution en réglant définitivement le problème surtout d’intangibilité des dispositions relatives à la forme républicaine, à la laïcité, au caractère indivisible, démocratique et décentralisé de l’Etat, au mode d’élection, à la durée et au nombre de mandats consécutifs du Président de la République à l’instar des pays dits de référence démocratique tels que la France et les Etats Unis qui depuis 1958 pour le premier et 1787 pour le second n’ont fait subir à leurs constitutions respectivement que 24 et 27 révisions ou amendements alors qu’à près seulement de 56 ans d’existence celle du Sénégal en a connu plus de 37. Ce qui est tout à fait aberrant.

Grand Place du 17/02/2016