Qui en veut à Vitalait ? un jaloux enragé

Libération révélait hier qu’un ancien comptable de Satrec Vitalait avait saisi l’Office national de la lutte contre la fraude et la corruption (OFNAC) pour des faits de fraude fiscale présumée dont se serait rendue coupable la société dirigée par Chawki Haidouss.
L’affaire pourrait ressembler à un règlement de comptes ourdi par un ancien employé frustré d’être limogé si ce dernier n’avait pas fourni des témoignages documentés pour avoir lui-même participé à la commission des faits présumés.
Selon les informations de Libération, l’auteur de cette dénonciation se nomme Alioune Diallo qui était à l’époque des faits, comptable à la Satrec. Et si ce dernier a décidé de saisir l’OFNAC, c’est parce qu’il avait alerté dès 2008 les services fiscaux qui avaient d’ailleurs ouvert une enquête. Mais curieusement, les investigations ont été tuées dans l’œuf. Or, dans le dossier d’accusation, Alioune Diallo a donné des détails de cette fraude présumée qui aurait causé un préjudice de plusieurs milliards de FCfa aux Impôts.
Il a ainsi expliqué avoir personnellement participé à la dissimulation des bénéfices de Satrec Vitalait notamment en effectuant plusieurs versements dans le compte de Assane Ezzadine, un ami de Chawouki Haidouss.
Face à l’inertie des services fiscaux, le comptable avait remis le dossier à des journalistes mais, curieusement, ces derniers finiront entre les mains de Chawouki Haidouss. Ce n’est pas la première fois que l’homme d’affaires est cité dans une affaire de fraude présumée puisqu’il avait été déjà épinglé par SENELEC pour vol d’électricité. Son entreprise avait dû payer 300 millions pour éviter des poursuites.
Alioune Diallo espère que la vérité sur ces faits extrêmement graves va éclater avec la création de l’OFNAC saisie du dossier. Nous reviendrons amplement sur les éléments brandis par ce dernier et qui étayent la thèse d’une fraude présumée à grande échelle