Prévention contre Ebola, l’OIM facilite un exercice de simulation

Ce vendredi 4 septembre 2015, avec l’appui de l’OIM et de l’OMS et sous la supervision du Centre des Opérations d’Urgences Sanitaires (COUS), la région médicale de Kédougou a organisé un exercice de simulation portant sur la prise en charge des cas éventuels de Maladie à Virus Ebola (MVE).
En marge de cet exercice déroulé au poste de santé de Dalaba, les acteurs (Gendarmerie, Sapeurs pompiers, service d’hygiène, C2K, les infirmiers médecins, et représentants des partenaires (OIM, OMS) se sont retrouvés pour évaluer.
Une maitrise des procédures mais des erreurs dans la pratique.
Au cours de cette évaluation, un certain nombre d’erreurs ont été notées dans cet exercice de simulation. Il s’agit du non respect des directives, de l’absence de fiches de notification, le problème d’élimination des déchets. Le relâchement et des difficultés dans le port des équipements de protection au moment de l’habillage et du déshabillage.
«Dans la prise en charge des cas suspects d’Ebola, il faut être minutieux et éviter tout contact autant que faire se peut. Nous leur avons fait des remarques et sommes sûrs qu’ils vont les améliorer. Il faut se remettre sur les gardes, appliquer les directives du niveau national» a conseillé le Docteur Mamadou Sarr Médecin Chef de la Région.
Un dispositif quasi-opérationnel pour faire la riposte
A Kédougou, les différents services sont dans les dispositions de prendre en charge sans risque tout éventuel cas suspect ou à risque.
«Nous avons atteint nos objectifs car il s’agissait pour nous de voir si nous sommes prêts pour faire face à un cas éventuel. Cet exercice nous a permis de détecter les problèmes. Il y a toujours un fossé entre théorie et pratique. Les ICP ont eu des équipements de protection, ils ont été formés. Je peux vous assurer que le dispositif est en les mesure de gérer tout cas suspect qui, nous ne le souhaitons pas, peut se présenter à tout moment» a ajouté Docteur Sarr.
M Omar Sow, l’adjoint au préfet de Kédougou a remercié l’Organisation Internationale de la Migration (OIM) pour son soutien apporté à la réalisation de cette simulation Il a également exhorté les journalistes à préciser aux populations que cet exercice n’est que simple simulation. En aucun cas, elles ne devraient s’affoler.
Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com