Portabilité…Le RESTIC approuve et interpelle les opérateurs

Dans un communiqué parvenu à la rédaction, le Rassemblement des entreprises du secteur des TIC (RESTIC) salue l’avènement de la portabilité des numéros de téléphone au Sénégal…Le Restic a salué cette innovation tant attendue en encourageant «le lancement des opérations permettant le portage du numéro mobile d’un opérateur à un autre sous la supervision de l’Autorité de régulation des télécoms et de la poste (Artp)». Ainsi, note le communiqué, «tout abonné peut changer d’opérateur mobile tout en conservant son numéro de téléphone. Cette fonctionnalité est un élément décisif pour que les consommateurs bénéficient pleinement de la concurrence. Elle nécessite une mise en œuvre simple et rapide afin que ceux-ci puissent effectivement exercer leur droit. La mise en œuvre de la portabilité enrichit la relation clientèle et ajoute de la fluidité dans le vaste marché de la téléphonie mobile».
Cependant, son bureau exécutif considère qu’«il convient pour les opérateurs de définir entre eux des règles de bonne conduite claires et équilibrées afin que cette ère de volatilité qui s’ouvre dans la rétention des usagers ne se traduit par une concurrence inutile et un chamboulement improductif des modèles commerciaux». Aussi, dit-il, «pour les opérateurs, le passage de la 3G à la 4G est un autre chantier encore plus vaste et plus décisif pour eux-mêmes et aussi pour les usagers et consommateurs, dans un marché de la téléphonie qui n’est plus tirée par la voix, mais par les données (internet) et la bande passante».
Cependant, le Restic estime que «les associations de consommateurs ont un rôle à jouer surtout dans la défense des principes généraux qui gouvernent une concurrence saine entre opérateurs au grand bénéfice des usagers et clients finaux. Toutefois, des voies de recours existent pour tout consommateur ou usager victime d’abus ou de manquement de la part d’un opérateur. Le Sénégal affiche des taux de satisfaction élevés pour les services mobiles et la qualité de l’offre y est des plus élevée en Afrique de l’Ouest».