Politique et justice se côtoient à la Une des quotidiens du vendredi

Des sujets ayant trait à la justice avec diverses affaires, ainsi qu’à la politique, sont traités en priorité par les quotidiens du vendredi.

Ainsi, L’Observateur revient sur le procès de la mort de Mamadou Diop et le coup de gueule des jeunes avocats, et note que «la justice (est) dans tous ses états».

«L’Etat se désolidarise des présumés meurtriers de Mamadou Diop. Une audience interrompue pour une séance de dédicace d’un livre», écrit L’Obs.

Walfadjri traite également du procès de la mort de Mamadou Diop et souligne que «les flics se renvoient la balle» sur la responsabilité du meurtre.

Une autre affaire, celle de la mort de l’étudiant Bassirou Faye, fait la Une de L’As qui informe que «Tombong Oualy et Boughaleb édifiés mardi prochain».

«Paiement des dommages et intérêts : L’Etat traque Karim et Cie», titre Le Quotidien, soulignant que la maison de Me Wade est exclue de la mise en demeure.

Le journal EnQuête traite de politique et écrit que pour casser la fronde au Parti démocratique sénégalais (Pds, opposition), son SG, «Wade joue la carte Aïda Mbodj (pour remplacer Modou Diagne Fada, chef des frondeurs, à la présidence du Groupe parlementaire les Libéraux)».

«Les frondeurs en conclave ce week-end pour apporter la riposte», ajoute le journal.

«Présidence du Groupe parlementaire libéral et démocratique : Wade adoube Aïda Mbodj, Fada prêt à se battre», titre La Tribune.

Revenant sur la démission du Gouvernement réclamée par le Pds suite au drame de Mouna, Sud Quotidien donne la parole au président du Groupe parlementaire de la majorité, Benno Bokk Yakaar, «Moustapha Diakhaté (qui) charge» ce parti.

Sur ces attaques et contre-attaques entre le Pds et l’Apr, Direct-Info estime que «le drame de Mouna fait monter la tension».

A sa Une, Le Populaire s’intéresse à la pauvreté et à l’insécurité alimentaire, et révèle que «30% des ménages en milieu rural (sont) touchés». Le journal ajoute que 12% des ménages ruraux sont en situation sévère d’insécurité alimentaire, 18% en situation modérée.