Politique et fête de Pentecôte font la une des quotidiens

Des déclarations de responsables du Parti socialiste (PS) font les gros titres de plusieurs quotidiens, dont Enquête, dans lequel Khalifa Ababacar Sall donne els raisons d’une candidature socialiste à la prochaine élection présidentielle.
« Nous sommes comptables du gouvernement, mais cela n’empêchera pas le PS de présenter un candidat en 2017 », rapporte ce journal, citant M. Sall, le maire de Dakar et secrétaire nationale chargé de la vie politique au Parti socialiste.

Ce dernier, qui « évite soigneusement actions précipitées et annonces tonitruantes », a, lors d’un meeting du PS à Pikine, réitéré « la volonté du Parti socialiste de reconquérir le pouvoir en 2017 », rapporte Rewmi Quotidien. « Toutefois [il] entretient toujours le mystère » sur la question de savoir s’il sera lui-même le candidat du parti ou pas. « Je ne suis candidat à rien », affirme Khalifa Ababacar Sall, cité par le même journal.

Abdoulaye Wilane, le porte-parole du PS, relativise les propos de certains responsables du parti en ce qui concerne le bilan du mandat de leur allié Macky Sall. « Le bilan qui sera présenté, nous l’assumerons. Nous en serons comptables, mais celui qui en sera responsable, c’est Macky Sall », a-t-il dit dans Direct Info.

Plusieurs journaux relayent cette phrase du secrétaire général du Parti socialiste, Ousmane Tanor Dieng : « Les arbres qui tombent font plus de bruit que les forêts qui poussent. »

Il s’agit d’un adage qui illustre le fait que « nous sommes le seul parti, au Sénégal, dont les instances fonctionnent » correctement, explique M. Dieng. Des propos tenus lors du lancement, samedi, des activités du Mouvement national des jeunesses féminines du Parti socialiste, selon Le Populaire.

D’autres journaux mettent en exergue l’homélie prononcée par Mgr Benjamin Ndiaye, à l’occasion de la fête de Pentecôte, qui a été célébrée lundi. « A Quand une année scolaire sans perturbations ? » s’est demandé l’archevêque de Dakar, selon Sud Quotidien qui le cite sur sa une.

« L’Eglise sermonne les décideurs et dresse le profil du bon dirigeant », titre Le Populaire, concernant encore les enseignements des chefs religieux catholiques à l’occasion de la Pentecôte.

Les décideurs doivent « lutter contre la pauvreté, non pas par théories et des discours, mais en actes et en vérité », rapporte Le Populaire, citant Mgr Benjamin Ndiaye.

Le bon dirigeant, selon ce dernier, « est celui qui met en avant les valeurs de justice, de vérité et d’honnêteté, en lieu et place des compromissions, de la combine et de la corruption, qui gangrènent notre société ».