Ndiassane donne des leçons de com à Macky

La dernière sortie du président Macky Sall sur l’envoi des Jambaars en Arabaie Saoudite n’agrée pas certains guides religieux. Du moins sur la forme, la manière et la méthode forte choisies par le chef de l’Etat pour s’adresser à ses compatriotes sur un sujet comme la guerre au Yémen.
En prélude à la célébration annuelle, mardi, du centième anniversaire de la disparition du fondateur de Ndiassane, Cheikh Bouh Mouhamed Kounta, fils du Khalife et coordonnateur du gamou, a, lors d’une conférence de presse, donné des leçons de communication au chef de l’Etat.
Le chef religieux fait d’emblée remarquer que les militaires, tous, «se bousculent pour partir en mission. Ils auraient tous aimé faire partie de ces 2100 soldats. Il faut le dire. Les soldats sont payés pour mourir à la place des civils. Mais il faut aussi que la cause soit juste et motivée», tranche Mohamed Kounta, repris par le quotidien L’Observateur.
Quant au président de la République, «c’est toujours à lui de prendre la dernière décision. Mais il y a une manière de présenter les choses. Sinon quand il dit: «je le fais par la force. Un point un trait», je pense qu’il y a un problème de communication. Il faut qu’on aide le président de la République à mieux s’exprimer, à dire ce qu’il a envie de dire en y mettant la forme. A Kaffrine, il préparait déjà cette affaire-là. Il lui manque quelque chose. C’est peut-être cette élégance, cette courtoisie dans la communication. Le président de la République est mal encadré et mal conseillé», regrette-t-il.
Par lemouride le 1 juin 2015