Nafy Ngom et Ousmane Sonko à la UNE des quotidiens du mercredi

Les quotidiens parus mercredi traitent toujours du remplacement de Nafi Ngom Keïta par Seynabou Ndiaye Diakhaté à la présidence de l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption (Ofnac), ainsi que de la suspension de l’Inspecteur des Impôts et Domaines, Ousmane Sonko, président d’un parti politique.

«Limogeage de Nafi Ngom Keïta et suspension d’Ousmane Sonko-Le réveil du lion qui dort», titre La Tribune, précisant que l’inspecteur risque la radiation.

Traitant du limogeage de Nafi Ngom Keïta, Rewmi quotidien s’interroge : «Le décret de Macky attaqué en justice ?» Sur la suspension de Sonko, nos confrères de demandent également : «Mesure disciplinaire ou réplique politique ?»

«Ofnac-L’opposition soutient Nafi» et exige l’annulation du décret de Macky Sall, informe Sud Quotidien.

Toutes choses qui font dire au journal EnQuête que «la société civile rue dans les brancards» suite au limogeage de Nafi Ngom Keïta.

Pour Sonko, EnQuête indique que «l’Etat sort le sabre». «L’Etat sévit contre Sonko», écrit Le Populaire.

Pour L’As qui précise que son salaire n’est pas suspendu, «Macky obtient la tête de Sonko» qui promet : «Je serai au bureau ce matin».
«Amadou Bâ (ministre de l’Economie) gèle Sonko», souligne Le Quotidien, à côté de Libération qui donne «les dérives de Ousmane Sonko».

«Détaché au contrôle interne, l’inspecteur des Impôts et Domaines a abusé de sa position pour sortir des renseignements confidentiels», explique Libération, soulignant qu’on va vers la saisine du Conseil de discipline des fonctionnaires.

Parlant de l’enquête sur la vidéo d’un agent de la circulation corrompu, Le Populaire informe que «le policier ripou (est) arrêté, les corruptrices traquées».

«Acte de corruption filmé-Le policier A. Diallo mis aux arrêts», ajoute EnQuête qui, revenant sur le procès du meurtre du jeune Ibrahima Samb à Diourbel, informe que «les policiers ont été condamnés à 10 ans de prison».

«L’apprenti chauffeur avait été oublié dans la malle du véhicule des policiers pendant plus de 12 heures. Thiendella Ndiaye, Waly Almamy Touré, Mame Kor Ndong et Ousmane Ndao sont radiés. Leurs avocats vont interjeter appel», explique EnQuête.

«Près d’un an après le crash de Senegalair-Le Bureau d’enquêtes dans un trou d’air», titre Le Témoin.