Mohamed Challouf : « Le Sénégal a oublié Sembène Ousmane »

La reconnaissance n’est pas la chose la mieux partagée dans certains grands pays africains de cinéma. Ceux-ci ont vu naître de grands réalisateurs, pionniers du cinéma africain, mais tombés dans l’oubli.

« En Tunisie beaucoup de gens ne savent pas qui est Tahaar Chériaa. Au Sénégal, c’est la même chose pour Sembène, et au Burkina Faso c’est la même chose », a déploré le réalisateur tunisien Mohamed Challouf, qui a signé « À l’ombre du Baobab », projeté lors du dernier festival de Kouriba, au Maroc