Michel Mendy mortellement poignardé, son bourreau lynché par la foule

C’est une famille meurtrie par la perte d’un des leurs que nous avons rencontré à Wakhinane 4. La famille Mendy est inconsolable depuis la nuit du dimanche au lundi. Le jeune Michel Mendy a reçu un coup de couteau dans le dos qui lui a ôté la vie. Agé de 23 ans, il exerçait le métier de plombier dans le quartier de Wakinane 4 près du monument «Jambar». Les populations, par une vindicte populaire, ont failli aussi commettre un forfait en lynchant le présumé meurtrier de leur fils.

Tout est parti d’une rixe entre un groupe de jeunes individus qui voulaient faire la fête au boutiquier du quartier qui leurs aurait vendu des œufs en mauvais état. La réclamation du jeune face au boutiquier vire à la rixe. Le jeune très remonté menace de revenir pour lui régler son compte.

A en croire notre interlocuteur, le jeune a mis à exécution ses menaces. «Le jeune est revenu avec un groupe d’autres jeunes armés. Un d’entre eux m’a roué de coups et j’ai répliqué. L’un d’eu de suggérer qu’on me roue de coup de couteau. C’est après que je suis allé chercher une arme. Au retour, j’ai entendu dans la mêlée qu’on a poignardé quelqu’un», a-t-il expliqué.

Le grand-frère du défunt de renchérir: «c’est après qu’on nous a informé qu’on a poignardé Michel Mendy. Et celui qui a commis le forfait a été alpagué par la foule qui lui a réglé son compte. On l’a séquestré dans une maison pour le sauver de la vindicte populaire. C’est un choc pour moi et la famille», renseigne le grand-frère du défunt. Pour le délégué du quartier, sa localité souffre d’une insécurité totale due à l’absence d’éclairage publique. «Il a fallu que la police disperse à coup de gaz lacrymogène pour exfiltrer le présumé meurtrier. Je l’ai séquestré dans une maison de peur qu’on le tue car la foule était très excitée», a fait savoir le délégué de quartier.

Pour lui, le jeune a été au mauvais endroit et au mauvais moment. «Michel arrangeait le problème, il n’a rien à voir avec la rixe. C’est le moment choisi par le jeune pour lui planter un coup de couteau dans le dos», a laissé entendre le délégué qui pousse avec une petite anecdote sur le climat d’insécurité pour indiquer que récemment on a agressé une dame sur qui les malfrats ont pris 700 milles F Cfa. «On ne vit pas dans la tranquillité. La Police doit effectuer des rondes et les mairies éclairer les artères».

Selon son frère, le ou les meurtriers doivent être arrêtés. Sous le choc, il a même menacé de venger son défunt petit-frère. La Police de Wakinane qui a hérité du dossier recherche activement les autres membres du groupe de jeunes. Aux dernières nouvelles on nous souffle que certaines familles aient dénoncé leurs propres fils qui seraient impliqués dans le crime. Pour les voisins, le défunt est de nature calme. Un d’entre eux a même souligné qu’il venait de lui réparer son robinet.