Marché de Tamba…La pomme de terre revient mais le sucre se fait rare

Le marché de Tambacounda est bien approvisionné en denrées alimentaires, avec le retour de la pomme de terre qui était en rupture, a indiqué le chef du service régional du commerce Khadim Ndiaye.
’’Nous avons constaté que le marché est bien approvisionné, ce qui posait problème, c’est la pomme de terre et on a levé la mesure de gel des importations. Actuellement la pomme de terre commence à être trouvée sur le marché’’, a dit le chef du service régional du commerce.

Ce réapprovisionnement progressif du marché fait suite à la levée du gel des importations de cette denrée, en perspective de la Korité.

La décision de geler les importations est prise par le gouvernement concernant certains produits, dans le but de permettre l’écoulement de la production locale.

En termes d’approvisionnement, seul le sucre en morceaux est en rupture, et des démarches ont été entreprises auprès de l’industriel pour y remédier, a relevé le responsable régional du commerce.

Il a précisé toutefois que le manque de sucre en morceaux ‘’ne met pas en péril la consommation’’, puisque le sucre en cristal est disponible et à des prix raisonnables.

’’Du point de vue des prix, on a constaté une stabilité aussi bien des prix qui ont fait l’objet d’une fixation que des prix déterminés par le libre jeu de la concurrence et la loi du marché’’, reposant l’offre et la demande, a-t-il ajouté.

’’On tend même vers une baisse des prix fixés’’, a souligné M. Ndiaye qui a noté qu’actuellement, le prix du sac de 50 kilos de riz non parfumé est vendu à 12.000, en lieu et place des 13.500 francs qui étaient fixés.

L’huile qui était fixée à 1.000 francs le litre, est vendue à 900F par certains commerçants, a-t-il dit. Seul l’oignon a connu une hausse, en tant que denrée dont le prix n’est pas homologué, mais est plutôt ‘’consensuel’’.

Il a assuré que des ‘’mesures de correction’’ sont en train d’être cherchées à ce sujet, à travers des discussions engagées avec les différents acteurs pour le ramener le prix à un niveau raisonnable.

’’Le problème de la cherté de la vie au Sénégal commence à être une ancienne histoire. Tous les prix sont soutenables par les consommateurs’’, a soutenu M. Ndiaye.