Manif au péage contre le détour de plusieurs kilomètres

La démolition d’une passerelle de l’autoroute à péage, mercredi dernier, par un camion benne, qui empêche depuis lors aux populations situées de part et d’autres de cette autoroute de vaquer à leurs occupations commence à faire grincer des dents, pour ne pas dire plus. Parce que «nak», les concernés refusent d’être les victimes collatérales de cet incident. C’est ainsi que samedi, une manifestation a été organisée à hauteur de la passerelle qui a été démontée par les riverains. Des manifestants qui ont fait face aux gendarmes, mais sans les affronter. Porte-parole des manifestants, Omar Faye a démonté Eiffage, l’entreprise qui gère l’autoroute à péage. Selon lui, Eiffage n’aurait jamais osé faire ça en France.
«Ils auraient réparé la passerelle dans les 48 heures. Or, cela fait quatre jours déjà que les populations sont bloquées ou contraintes de faire des détours de plusieurs kilomètres pour vaquer à leurs occupations. Ça ne peut pas continuer», clame-t-il, en demandant au concessionnaire et à l’Etat de Sunugaal de mettre fin à ce calvaire dans les plus bref délais. «Sinon, avertit le président de Leral Askanwi, nous allons mobiliser toute la population de Rufisque pour manifester, et même occuper l’autoroute à péage jusqu’à ce que le problème soit réglé. Car, ici, les enfants ne peuvent même plus aller à l’école. Parce qu’ils n’ont pas par où passer. Personne ne peut aller se soigner. Et aucune autorité n’a pipé mot jusqu’ici».