Mame Mactar Gueye de Jamra ramène les grévistes d’AMA à la table des négociations

APRÈS AVOIR BOUDÉ L’ACOMPTE DE 130 MILLIONS:

Les grévistes d’Ama-Sénégal reviennent sur leur décision, sur demande de JAMRA !

Une délégation des ex-travailleurs de la défunte société de nettoiement, Ama-Sénégal, constituée du Coordonnateur de l’Intersyndical, Ndiaga Sarr, accompagné des responsables syndicaux Ibra Ndiaye, Mamadou Sarr et Oumar Ben Sokhna, a été reçue, à sa demande, par le médiateur de JAMRA, Mame Mactar Guèye, à son domicile.

Faisant la genèse de ce conflit, qui les oppose à l’Etat du Sénégal, consécutivement à la résiliation, en 2006, à l’initiative de l’Etat, du contrat de prestation d’Ama-Sénégal, les mandataires des ex-travailleurs ont réitéré leur ferme volonté de rentrer dans leurs fonds, et jugent insignifiant le montant de 130 millions de francs que l’Agent judiciaire a récemment viré à leur conseil, Me Massokhna Kane. Ils considèrent que cette somme risque de leur causer plus de problèmes qu’elle est censée en résoudre. Comme en atteste la zizanie qu’elle a suscitée dans les rangs des 1777 ex-agents, dont la désillusion a été grande en apprenant qu’ils ne recevront, après répartition, pas plus de 60.000 frs chacun ! Alors que les espoirs des familles sont immenses, à quelques encablures de la fête de Tabaski. Aussi, ont-ils tenu à préciser que c’est en parfait accord avec leur avocat qu’ils avaient décidé de restituer cet acompte dérisoire à l’Agent judiciaire de l’Etat.

Dans sa réponse, le médiateur de JAMRA leur a suggéré de privilégier le dialogue, à la place de la stratégie revendicative maximaliste du «tout ou rien», qui est souvent contre-productive. D’autant qu’il est indéniable que l’Etat, au moment de se séparer d’Ama-Sénégal (pour «insuffisance de résultats»), avait convenu avec celle-ci d’une résiliation à l’amiable, par le biais d’un avenant, annexé au protocole, dûment signé par les deux parties, le 22 janvier 2007. Et dans lequel l’Etat s’engage (article 4 du protocole) à payer l’intégralité des droits légaux des travailleurs, qui s’élèvent à 3 milliards 98 millions. En conséquence, le médiateur de JAMRA leur a suggéré de revenir à la table de négociation, dans le mesure surtout qu’ils sont dans leur bon droit. Et que l’Etat n’a jamais fermé ses portes au dialogue. Ce que les délégués d’Ama ont accepté.

Ayant ainsi reçu l’assurance des ex-agents de Ama-Sénégal de retourner à la table des négociations, JAMRA a aussitôt joint leur avocat, Me Massokhna Kane, pour lui suggérer de ne plus restituer (comme il l’avait publiquement annoncé) les 130 millions de francs à l’Agent judiciaire de l’Etat. Mais de les immobiliser plutôt dans son compte Carpa, en attendant que JAMRA reprenne langue avec le Premier ministre, qui a toujours été dans de bonnes dispositions pour l’apurement intégral de cette dette de l’Etat.

Dakar, le 15 Juillet 2016,

Les Bureaux exécutifs de

Jamra et de Mbañ Gacce