MAMADOU LAMINE DIANTE, SG SAEMSS-CUSEMS : «Le rapport est truffé de fausseté»

«Ce n’est pas un redéploiement. C’est une réaffectation d’enseignants, en dehors du mouvement national. Dans la seule académie de Thiès, 325 enseignants sont ciblés. Les ordres de service sortis concernent 160 enseignants pour le moment. Ce n’est pas du ressort du ministère de l’Education nationale. Les syndicats ont combattu et obtenu la gestion démocratique du personnel depuis 1989 dans l’intérêt de l’école et des élèves. A cet effet, une commission tripartite composée de gouvernement, administration et syndicats d’enseignants doit être mise en place pour procéder à l’affectation des enseignants. Je dois faire comprendre que depuis deux ans, les enseignants ne sont pas affectés dans la région de Thiès. La circonscription académique de la région n’a reçu aucun sortant de la Fastef et des Crfpe. Au même moment, la population scolarisée a augmenté avec des effectifs pléthoriques dans les classes. Alors qu’on veuille nous faire croire qu’il y a un surnombre de 325 enseignants à Thiès. Cela ne correspond pas à la vérité. En réalité, nous savons que tous les rapports qui ont été produits sont truffés de fausseté. Il n’y a nulle part de surnombre d’enseignants à Thiès pour procéder à un redéploiement, sans concertation avec les enseignants. C’est une violation du principe de la gestion démocratique du personnel. C’est une volonté manifeste de perturber le système scolaire parce que les autorités n’ont pas tenu compte du sentiment d’affection entre l’enseignant et ses élèves après quelques mois de cours. C’est pourquoi à Thiès, ce sont les élèves qui ont été en premier dans la rue. Ce redéploiement devrait commencer au mois d’octobre. Pourquoi alors attendre à quelques jours du démarrage des compositions pour prendre une telle mesure ?