Macky plaide la situation des migrants africains à l’ONU

Le Sénégal souhaite une stabilisation de la situation des migrants de par le monde, y compris par le biais d’une « régularisation appropriée », a plaidé, lundi, à New-York (Etats-Unis), le président de la République, Macky Sall.

« En lieu et place d’une politique systématique de reconduction aux frontières, le Sénégal souhaite que la situation on des migrants soit stabilisée, y compris par une régularisation appropriée », a-t-il dit dans une allocution prononcée au cours d’un débat de « haut niveau » sur la gestion des déplacements massifs de réfugiés et de migrants.

Selon le président Sall, il est « prioritaire de travailler à des solutions durables aux flux migratoires clandestins », ce qui nécessite « une lutte ferme et permanente contre les réseaux criminels de l’émigration clandestine », y compris par les moyens renforcés autorisés par le Conseil de Sécurité.

« Le partenariat entre l’Europe et l’Afrique, dans le cadre du FRONTEX, dont le Sénégal est partie prenante, a produit à cet effet des résultats probants », a-t-il indiqué au cours de cette réunion tenue la veille de l’ouverture officielle de la 71-e session annuelle de l’Assemblée générale des Nations unies.

La communauté internationale est appelée, en parallèle, à travailler « à stabiliser la situation politique et institutionnelle des pays de transit, parce que c’est quand l’Etat est faible ou inexistant que les réseaux prospèrent en profitant du chaos et du vide laissé par l’Etat », a souligné le chef de l’Etat sénégalais.

Pour lui, il  incombe en outre aux pays de départ « l’obligation de mettre en œuvre des politiques aptes à donner aux jeunes des raisons d’espérer, par l’éducation et la formation, ainsi que par l’emploi et les activités génératrices de revenus ».

« C’est en répondant aux problèmes des jeunes, en donnant vie aux zones de départ de candidats à la migration et en facilitant l’accès de tous aux services sociaux de base que nous traiterons avec efficacité les causes profondes du phénomène migratoire » , a soutenu le président de la République.

Il a par ailleurs exprimé la préoccupation du Sénégal relativement à l’idée de Centres de rétention dans des pays africains.

« Cette question mérite sérieusement d’être examinée à la lumière des règles qui gouvernent la libre circulation des personnes et des biens dans des espaces  intégrés comme la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) », a relevé Macky Sall.

APS