Lutte pour l’autosuffisance alimentaire, mission accomplie pour les femmes de Kédougou

Le conseil consultatif régional des femmes de Kédougou fait du rêve du chef de l’Etat de ne plus « importer de riz d’ici à 2017», une réalité.
Pendant, la saison des pluies 2015- 2016, les femmes de Kédougou ne sont pas restées à l’ombre. Elles ont bravé, chaud soleil, fatigue, vents, pluies et tonnerres pour mettre toute leur énergie dans la terre. Pour dominer ce travail pénible de la terre mais ô combien exaltant, les femmes ont pu s’inspirer du courage, de la volonté et de la clairvoyance de leur infatigable leader Mme Adja Aïssatou Aya Ndiaye, la présidente du conseil consultatif régional des femmes de Kédougou. Ainsi, grâce au soutien du Projet d’Appui au Développement de l’Agriculture et à l’Entreprenariat Rural(PADAER), du Projet d’Appui à la Petite Irrigation Locale(PAPIL) et de Bamtaaré de la SODEFITEX, les femmes de Kédougou ont pu réaliser leur ambition. Le résultat est surprenant.
Accompagner la politique du chef de l’Etat
« Nous avons cultivé cette année 40 ha de riz. C’est le fruit du travail de 20 groupements de promotion féminine. Nous avons été soutenues par SODEFITEX Bamtaaré, le PAPIL et le PADAER. Nous avions été confrontées à un problème de matériels de labour. Nous espérons bénéficier des 15 tracteurs promis par le président de la République à la région de Kédougou» a précisé Mme Adja Aïssatou Aya Ndiaye, la présidente du conseil consultatif régional des femmes de Kédougou.
A la suite de la récolte et du battage du riz, les femmes se sont mobilisées pour la journée de pesée et de commercialisation de la surproduction. L’ambiance qui régnait sur les lieux témoigne d’un véritable ouf de soulagement pour ces vaillantes productrices.
Assurer l’autosuffisance alimentaire de la région
« Nous avons accompli notre part de mission que le président de la république a assignée à tous les producteurs afin que son rêve de ne plus voir les sénégalais importer du riz soit réalisé. J’en suis certaine que d’ici quelques années, seules, les femmes seront capables d’assurer l’autosuffisance alimentaire de la région de Kédougou.» a-t-elle ajouté
Il faut dire que la SODEFITEX qui entend rouvrir la rizerie de Kédougou s’est déjà positionnée pour acheter une partie surplus de production. L’autre partie sera vendue au PAM qui va la redistribuer aux écoles pour la consommation dans les cantines scolaires.
Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com