Loi portant baisse des loyers: l’association des locataires dresse un bilan très négatif, le Pr Abdoul Aziz Diop crache ses vérités

Abordant la régulation des loyers et l’accès des sénégalais au logement, le Chef de l’Etat avait demandé en Conseil des ministres, au Gouvernement de lui faire le point, avant la fin du mois d’octobre 2016, de l’état de la mise en œuvre de la loi n° 2014 – 04 du 22 janvier 2014 portant baisse des loyers, une mesure économique et sociale visant à accroître le pouvoir d’achat des consommateurs et réduire la spéculation sur le marché de l’immobilier.

Tirant un bilan très négatif, le président de l’Association des locataires précise que «depuis la déclaration de la loi, les locataires vivent énormément de difficultés sur le terrain».

«Me Bassirou Sakho qui était parti nous représenter au niveau de l’atelier, a du même quitter vu la présentation que les gens ont voulu faire de cette baisse-là qui bientôt va faire trois (3). Nous travaillons sur le terrain et ce que nous constatons, c’est qu’effectivement depuis la déclaration de la loi, les locataires vivent énormément de difficultés sur le terrain », déplore Elimane Sall, sur la Rfm.

Et d’asséner: «Aujourd’hui, si vous occupez un local, un appartement sans que la baisse soit appliquée, vous n’avez pas de problème mais force est de constater que les gens reçoivent des sommations d’assignation et d’expulsion à n’en plus finir»

Dénonçant «un manque de suivi notoire», il précise que «presque dans tout Dakar, les locataires sont laissés à eux-mêmes. On leur demande d’aller au Tribunal en cas de contentieux. Les services du ministère du commerce avaient mis un numéro vert, ce numéro vert ne fonctionne plus».

Du coup, dit-il: «Au niveau de notre association, ce que nous constatons c’est que la loi a créé plus de problème qu’elle n’en a résolu. Maintenant si d’autres ont des chiffres qu’ils ont inventés ou qui viennent de je ne sais d’où, évidemment, ils peuvent les avancer mais…».

«Les chiffres que les gens avancent ne proviennent d’aucune statistique parce que l’agence nationale n’a fait aucune évaluation. Je me demande où est-ce qu’ils ont tiré 94 %», fulmine le président de l’Association des locataires.

Le conseiller du Chef de l’Etat, Pr Abdoul Aziz Diop, ne veut pas entendre parle de manque de suivi. «Il n’y a pas de politique publique sans suivie-évaluation. Un moment donné, il faut que nous nous arrêtions pour dire ce que nous avons voulu faire a donné quoi comme résultat. A partir de cet instant s’il y a des changements de trajectoires à faire, on les fait. C’est inhérent à toute politique publique», répond-il sur les mêmes ondes.

Et d’expliquer: «Cela dit, en réalité la véritable ambition du président de la République, c’est sa politique de protection sociale universelle : la couverture maladie universelle, la carte d’égalité des chances, bourses de protection familiale,… Pour relever les familles qui sont au bas de l’échelle un peu au-dessus, leur permettant de s’insérer et de se considérer partie prenante dans la société».

De sorte, développe-t-il: «Le volet du loyer était un volet pour booster le pouvoir d’achat des Sénégalais» car «il n’est pas acceptable dans une société qui vise la lutte contre les inégalités, qu’à la fin du mois, nous consacrions pratiquement la totalité de ce que nous gagnons y compris les revenus irréguliers au loyer».

«Nous sommes dans un pays où les gens pensent que le Chef de l’Etat, son gouvernement sont les seuls habilités à faire preuve de patriotisme, à faire un clin d’œil aux couches les plus défavorisées. Toutes les autres parties de la société, ne se considèrent pas comme partie prenante. Ou nous sommes tous des patriotes, ou nous sommes quelques patriotes. Comment voulez-vous que nous trouvions des politiques viables pour les populations si entre Sénégalais, nous nous entre-tuons, personne n’y arrivera, le président Macky Sall n’y arrivera pas…», crache Pr Abdoul Aziz Diop.