L’EXCISION ET LES MARIAGES PRÉCOCES « ONT PRESQUE DISPARU À KANEL ET MATAM » (RELAIS COMMUNAUTAIRES)

Les pratiques de l’excision et les mariages précoces et forcés « ont presque disparu » dans plusieurs villages des départements de Matam et de Kanel, dans le nord du Sénégal, a indiqué, vendredi, la coordonnatrice des relais communautaires de Kanel, Dieynaba Niane Daff.
Elle a fait cette déclaration à la fin d’une tournée de sensibilisation sur l’excision (21-23 septembre), à l’initiative l’ONG Tostan et de ses partenaires.
Au cours de cette tournée, des habitants des villages visités à Kanel et Matam ont fait part de leur volonté de « combattre l’excision et les mariages précoces qui constituent un mal culturel, afin de conserver la bonne santé de la gent féminine », selon les initiateurs de cette tournée.
Depuis quatre ans, « grâce au soutien financier et morale de Tostan, nous avons pu mener une campagne de sensibilisation en faveur des habitants des villages du département sur les conséquences de l’excision et des mariages précoces et forcées », a souligné Mme Daff.
Selon la coordonnatrice des relais communautaires de Kanel, « la communication est bien passée » parce que les habitants des localités visités « ont tous décidé d’abandonner cette pratique néfaste ».
« Nous comptons poursuivre notre plan d’actions à travers des campagnes de sensibilisation pour l’éradication de cette pratique néfaste qui sévit dans notre société », a-t-elle ajouté.
De son côté, la coordonnatrice des relais communautaires de Matam, Aissatou Sow, fait observer que « ces dernières années, on n’a pas enregistré de jeunes filles victimes d’excision dans les postes de santé » de ce département.
 De l’avis de Mme Sow, matrone depuis 30 ans, ce constant est la preuve que « les relais ont bien fait leur travail et que le message a bien été saisi ».