Les victimes d’Agir Immo dans la rue le lundi

Victimes d’une escroquerie foncière portant sur un montant de 2,5 milliards de la francs Cfa, les membres du Collectif des victimes de Agir Immo vont observer un sit-in, lundi prochain, à la Place de l’Obélisque. Ils sont en effet plus de 1000 chefs de  familles en quête d’une maison à avoir été floués par Abdoulaye Youssou Diagne. 

En contentieux judiciaire, depuis 2011, pour une histoire de litige foncier avec Abdoulaye Youssou Diagne, Directeur général de l’agence immobilière Agir Immo, le Collectif des victimes de la société Agir Immo est plus que jamais décidé continuer son combat. Ces mères et pères de familles qui ont payé de l’argent au promoteur immobilier sans jamais pouvoir mettre la main sur leurs terrains, a ainsi décidé de tenir un sit-in lundi prochain, à la Place de l’Obélisque.

En effet, les membres du Collectif qui ont le soutien des parlementaires et de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho) ont appelé à une forte mobilisation pour dénoncer les “agissements” de leur bourreau, Abdoulaye Youssou Diagne qu’ils poursuivivent sur une escroquerie foncière portant sur la somme de 2,5 milliards de francs Cfa et qui a fait plus de 1000 victimes.

Revenant sur ce problème, le porte-parole  du Collectif, Moussa Ndaw, qui animait une conférenc de presse, hier, a  expliqué que, “l’affaire opposant la société immobilière  Agir Immo à ses  victimes n’a  pas  encore  connu son épilogue, parce que  toujours pendante  en justice. Mais nous tenons à alerter l’opinion nationale et  internationale sur les  agissements  de  Abdoulaye Youssou Diagne, le Directeur  de  la structure, qui, en public, assimile le procès à une parodie de justice dont  l’issue lui sera favorable. Après trois procès renvoyés, nous sommes conviés à un autre procès ce lundi 14 juillet».

Aussi, a-t-il martelé, «ses avocats, pour lui éviter la vie carcérale, invoquent l’incompétence du tribunal à juger de l’affaire et soulèvent la problématique du délai de prescription. Le Directeur d’Agir Immo, ex-greffier en chef, a escroqué plus de 1000 personnes pour un montant de plus de 2,5 milliards de nos francs entre 2007 et 2013».

Abondant dans le même sens, le Secrétaire général de la Raddho, Aboubakry Mbodj, qui a assisté à la conférence de presse, a indiqué que, “cette affaire nous réunit autour d’un scandale. Le plus grave scandale que notre pays ait connu dans son histoire. L’affaire sur laquelle que nous nous penchons aujourd’hui a été le cri d’un long combat de femmes et d’hommes, victimes de spoliation, victimes de violations graves de leur droit, mais qui ont toujours mené le combat pour que justice leur soit rendue».
«Et sur cette base, a ajouté M. Mbodji, la Raddho ne pouvait être indifférente et nous ne ménagerons aucun effort pour renforcer le Collectif dans son noble combat pour que les victimes soient  rétablies dans leur droit» .

Venue soutenir ces victimes, la députée Hélène Tine de confier : “Je pense que nous avons tardé à rejoindre le combat que vous menez depuis plusieurs années. Je vois que dans votre memorandum que votre seul tort aura été d’avoir voulu disposer d’un toit à la sueur de votre front. Vous n’avez rien demandé. De dignes citoyens, de dignes travailleurs d’ici et de la diaspora qui ont sué, qui ont dignement gagné leur argent qui sont aussi victimes d’un seul Sénégalais connu, qui est là, qui se promène au Sénégal librement après avoir spolié et volé 2,5 milliards”.

”C’est une question fondamentale et nous interpellons le gouvernement du Sénégal, le président de la République. Il faut que lui-même se saisisse de ce dossier. Et même si le dossier est pendant devant la justice, nous demandons à ce que le Président se penche sur votre cas. Parce que vous êtes des Sénégalais dignes qui ne demandent rien d’autre qu’on leur rende justice, mais aussi qu’ils entrent dans leur droit par toutes les voies possibles».