LES VÉRITÉS DU MAIRE DE TOUBA : « Je suis édile sur Ndiguël…L’essentiel des recettes provient des charrettes… Ce que j’ai fait depuis mon arrivée »

Le maire de Touba est conscient d’une chose. Il n’a pas que des amis au sein du Conseil municipal qu’il dirige, sur « ndiguël » de son marabout Serigne Sidi Abdou Lahad Mbacké. Abdou Lahad Kâ, pour ne pas le nommer, jure la main sur le cœur, que jamais il ne lui sera reproché de gabegie ou de détournement. « Ce poste de maire résulte d’un ordre reçu de mon guide spirituel et j’en fais un sacerdoce jusqu’au jour où il me sera retiré. Quand je construisais en tant qu’entrepreneur ce bâtiment, je ne savais pas qu’un jour, j’en serai le patron. Etre maire ne m’a jamais effleuré l’esprit. Les attaques ne me feront pas reculer ».
Une mise au point bien singulière pour le maire qui a enchainé sur le cauchemar des inondations pour lequel il a été, ces jours derniers, fortement interpellé.
Pour l’édile de Touba, dire que tout Touba est inondée est faux. Il s’agirait juste d’inondations qui ont affecté les zones basses comme Ndamatou. Pour ce qui est de l’entreprise en charge d’évacuer les eaux pluviales, il rappelle que la mairie n’a pas son mot à dire sur elle. « Elle a signé un contrat avec l’Etat. Nous ne pouvons que  la regarder travailler et elle est en train de travailler ». Une déclaration qui contredit celle du député Sadaga qui est allé, jusqu’à demander un audit du marché.
Loin des solutions transitoires, Abdou Lahad Kâ dit attendre l’achèvement du réseau d’assainissement avec, comme annoncé par l’Etat, le démarrage de la deuxième phase pour lequel les procédures ont été accélérées.

Une mairie aux maigres recettes
Malgré son budget énorme de plus de 4 milliards, la mairie de Touba ne compterait que sur des recettes maigres. «  L’essentiel de nos recettes proviennent des charrettes. Peu de véhicules à Touba paient leurs droits de stationnement. Beaucoup d’entre ces voitures n’ont aucun document valable. Même pour les patentes, rares sont les commerçants qui s’en acquittent ». Néanmoins, le maire se félicite d’avoir pu opérer quelques réalisations. «  Je vais doter en toilettes publiques 14 daaras de la cité. J’ai fourni des adductions d’eau à 16 villages.  Nous avons décidé de construire des salles de classe dans les localités de Touba qui abritent des écoles. Nous avons fini d’édifier 4 postes de santé fonctionnels. Deux autres ont été déjà construits alors que 3 sont à l’état de projet réalisable dans les 8 prochains mois… ». Un bilan d’étape qui permet à notre interlocuteur de tacler ses détracteurs. « Je ne suis ni un homme de stratégie, ni un homme de lobbying ».
Abdou Lahad Kâ de signaler pour finir, qu’il ne passera pas son temps à répondre aux détracteurs avant d’inviter certains de ses présidents de commission «  à mouiller le maillot » au lieu de moisir dans les critiques…