Les syndicats en ordre de bataille contre l’Etat…Il créent l’USAC pour mener le combat de la préservation des acquis

Que le gouvernement se le tienne pour dit, les syndicats des fonctionnaires n’entendent pas céder sur la question de la suppression des heures supplémentaires. Regroupés désormais au sein de l’Union des syndicats de l’administration centrale, ils sont sur le pied de guerre, prêts à mener le combat de la préservation des acquis.
Les fonctionnaires de l’Etat n’entendent pas voir leurs acquis remis en cause. C’est pourquoi, les syndicats de l’administration ont fédéré leurs forces en mettant sur pied l’Usac. L’Union des syndicats de l’administration centrale est, en effet, un cadre qui- comme son nom l’indique – regroupe différents syndicats de l’administration centrale.
L’objectif de l’Usac est de défendre les intérêts matériels et moraux des travailleurs mais aussi de lutter pour une amélioration du cadre de vie. L’entité regroupe les travailleurs de la justice, des impôts et domaines, du trésor, de l’inspection du travail et du ministère du commerce.
Face à la presse, hier, Mansour Fall, le Secrétaire général du Syndicat des inspecteurs et contrôleurs du travail et de la sécurité sociale (Sictrass) a qualifié d’«injuste» le procédé du gouvernement à l’égard des fonctionnaires. «Depuis un certain temps, le jeu favori des hommes politiques, c’est de brocarder, de tirer sur l’administration, sur les fonctionnaires. Et ça a commencé depuis la première alternance», s’est désolé M. Fall.
«Macky Sall va dans la même dynamique que Wade qui avait dit que les fonctionnaires coûtent cher à l’Etat. Il suffit d’analyser le discours du Président pour savoir que son entourage le trompe sur le rôle et les missions des fonctionnaires. Quand il dit que les fonctionnaires coûtent cher, c’est comme si on était dans une relation de gratuité avec l’Etat», a-t-il souligné.
Dès lors, a ajouté Mansour Fall, «s’il y a des gens qui ne font rien et qui coûtent à l’Etat de l’argent, il n’a qu’à regarder du côté des bourses familiales. Ce sont des mécanismes de transfert de fonds. Il y a un ministre qui a dit qu’il y a des fonctionnaires qui sont en congés, qui restent chez eux et perçoivent des heures supplémentaires. Le fonctionnaire qui part en congés ne touche pas l’allocation de congés».
«Tout est fait pour dresser les Sénégalais contre les fonctionnaires»
Ce qui le pousse à dire que «tout est fait pour dresser les Sénégalais contre les fonctionnaires. Le piège des politiques, c’est de dire que la masse salariale est absorbée par les fonctionnaires. Ce qui est tout à fait faux. 0n a les éléments de preuves. L’honnêteté voudrait qu’on dise que dans le cadre de cette masse salariale, il y a plusieurs éléments».
C’est ainsi que Mansour Fall a mis l’accent sur les contrats spéciaux pour dire qu’«aujourd’hui, si vous allez dans les ministères, les contrats spéciaux, on en use et on en abuse. Entre 2000 et maintenant, il y a eu pas moins de 500 contrats spéciaux. Il faut que le Président sache que ceux qui sont dans l’administration ne sont pas tombés du néant». «Nous ne sommes pas contre les réformes et d’ailleurs, on demande qu’on soit associé au Plan Sénégal émergent (Pse)», a-t-il avancé, non sans regretter un fait qui le heurte. A savoir que «ce sont les ministres fonctionnaires qui tirent le plus sur les fonctionnaires».
«Un avantage acquis ne se remet pas en cause dans ce pays»
Pour sa part, Mactar Dabo, Secrétaire général du Syndicat des cadres et des employés de l’administration public, dit constater qu’«une entreprise de déstabilisation des agents de l’administration», est en cours dans ce pays. «Et pourtant, a-t-il relevé, le Sénégal n’a pas dépassé le plafond du ratio de la masse salariale de 35% sur les recettes fiscales. Cela, alors que d’autres Etats de l’espace Uemoa l’ont dépassé».

«On a entendu le ministre du Budget dire qu’on va faire une étude sur la masse salariale et que certaines indemnités seront revues à la baisse», a confié Mactar Dabo qui, usant de la menace, a prévenu : «C’est inadmissible et ça ne se passera pas au Sénégal. Un avantage acquis ne se remet pas en cause dans ce pays. Ces avantages ont été consentis suite à des combats menés, nous demandons la généralisation. L’Usac n’exclut par de rejoindre le Syndicat des travailleurs de la justice (Sytjust) qui a déjà déposé un préavis de grève pour mener ce combat».