Les Quotidiens du weekend à fond sur le terrorisme

Les quotidiens du weekend mettent en exergue l’emprisonnement d’un imam et ses complices pour ‘’actes de terrorisme par menace de complot, financement du terrorisme, blanchiment de capitaux et association de malfaiteurs’’.
’’Inculpé pour acte de terrorisme, blanchiment de capitaux…, Imam Ndao en jihad à Rebeuss’’, affiche à sa Une Enquête.

Selon le journal, ‘’après deux retours de parquet, l’imam Alioune Badara Ndao et ses 5 acolytes arrêtés pour actes de terrorisme ont été présentés au doyen des juges d’instruction ce vendredi. A l’issue de leur face à face, un seul a obtenu la liberté. Le reste a été placé sous mandat de dépôt’’.

Le Populaire signale que les présumés terroristes, arrêtés pour ‘’apologie de terrorisme et accointance avec des jihadistes’’, sont poursuivis pour ‘’ actes de terrorisme par menace de complot, financement du terrorisme, blanchiment de capitaux et
association de malfaiteurs’’.

Sur le même sujet, L’Observateur note que ‘’pour son premier coup, le nouveau doyen des juges a tapé fort. Samba Fall qui a reçu pour une première audience les imams accusés d’actes de terrorisme, a définitivement scellé leur sort (…)’’.

Le journal L’As souligne que l’imam Ndao et cie ‘’avec un dossier aussi corset, auront du mal à échapper au glaive de la loi’’.

’’Compte tenu surtout des conditions dans lesquelles ils ont été arrêtés. En effet (….) dans la chambre de l’imam Ndao de Kaolack, les gendarmes ont retrouvé deux téléphones satellites et un fax. Pis, les renseignements généraux ont établi des +connexions réelles+ entre lui et le groupe AQMI (Al-Qaeda au Maghreb islamique)’’,
rapporte L’As.

’’Doit-ont avoir peur après avoir lu les délits présumés retenus contre imam Ndao et ses complices ?’’, s’interroge Le Quotidien qui écrit : ‘’Aux USA, ils seront conduits à Guantanamo qui se vide présentement de ses derniers détenus. Mais, on devrait avoir peur quand on voit des imams qui façonnent les consciences des jeunes se retrouver au cœur de telles accusations’’.

’’Le Sénégal n’est évidemment pas à l’abri de ces pratiques qui ont détruit le Mali, sabotent la paix sociale du géant nigérian et font peur à l’occident. Mais ne paniquons pas…..’’, ajoute le journal.