Les quotidiens du Samedi à fond sur la nomination d’une Sénégalaise au secrétariat général de la Fifa

La presse sénégalaise se réjouit de la nomination de la Sénégalaise Fatma Diouf Samoura au secrétariat général de la Fédération internationale de football.

Sa nomination annoncée vendredi est « aussi inattendue que rassurante », affirme L’Observateur.

« La nomination à la tête du secrétariat général de la Fifa de cette femme jouissant d’une forte expérience (…) dans le système des Nations unies lance les bases d’une nouvelle orientation au sein de l’instance dirigeante du football mondial », poursuit le même journal.

« Madame Samoura, Fatma Samba Diouf à l’état civil, une quinqua sénégalaise (…), attire désormais beaucoup d’attention et devra insuffler un souffle vital à la Fifa », commente L’Observateur.

WalfQuotidien écrit, en citant le président de l’Organisme national de coordination des activités de vacances du Sénégal, Amadou Kane, que Mme Samoura « est une diplomate très compétente et crédible ».

« Au secrétariat général de la Fifa, le football sénégalais et africain sera dignement représenté », assure ce dirigeant du mouvement sportif sénégalais, dans les colonnes de WalfQuotidien.

« Le Sénégal au cœur de la Fifa », exulte Le Populaire, un journal dans lequel la nouvelle secrétaire générale de l’instance chargée de l’administration du football mondial dit vouloir « faire en sorte que tous les continents soient représentés de manière équitable ».

Le Populaire, comme d’autres journaux, signale qu’elle est la première femme à occuper ce poste.

Le quotidien Stades rappelle que la nomination de Fatma Diouf Samoura est survenue dans un contexte où la Fifa est « secouée (…) par le plus vaste scandale de corruption de son histoire ».

« Elle aura besoin de toute [son expérience en] diplomatie pour redorer le blason de cette vénérable institution secouée depuis un an par une série de scandales de corruption », écrit Le Soleil.

Il rappelle que Mme Samoura, 54 ans, a déroulé sa carrière diplomatique dans plusieurs pays africains, dont Djibouti, le Cameroun, le Tchad, la Guinée et Madagascar, au service des Nations unies.

La nouvelle secrétaire générale de la Fifa remplace le Français Jérôme Valcke, limogé et suspendu 12 ans pour corruption.

Les quotidiens évoquent aussi la décision des autorités gambiennes et sénégalaises de discuter d’une éventuelle levée du « blocus » de la « transgambienne », la route qui relie le nord et le sud du Sénégal en traversant la Gambie.

« Les négociations reprennent demain (dimanche) », titre le Quotidien. « Il n’y [aura] pas de sujet tabou » lors de la réunion prévue à Dakar, affirme ce journal.

« Après plus de trois mois de crise, Dakar et Banjul vont engager des discussions ‘franches’ sur toutes les questions, dont la construction du pont sur le fleuve Gambie », écrit Le Quotidien.

De nombreux transporteurs sénégalais ont boycotté la « transgambienne » en raison d’une forte hausse des droits de passage sur le fleuve Gambie. Le montant de la somme d’argent à payer pour emprunter la « transgambienne » aurait été décuplé par les autorités gambiennes, au grand dam des automobilistes venant du nord et du sud du Sénégal, selon la presse sénégalaise.

« Yahya Jammeh lâche du lest », titre L’As, ajoutant que « Banjul a finalement accepté de venir négocier à Dakar pour en finir avec le blocus de la ‘transgambienne’, qui pollue les relations entre le Gambie et le Sénégal ».