Les quotidiens du mercredi sur la crise politico-judiciaire au Parti Socialiste

La presse du mercredi fait état d’une crise au Parti socialiste (Ps, mouvance présidentielle), suite à la convocation par la Division des investigations criminelles (DIC) de proches de Khalifa Sall, maire de Dakar, dans le cadre de l’enquête du saccage de la permanence dudit parti le 05 mars 2016 lors d’une réunion politique.

«Audition des jeunes socialistes à la DIC-La crise couve au Ps», titre EnQuête, montrant «la colère noire» de Khalifa Sall qui estime que «c’est un précédent dangereux».

A la Une de Walfadjri, le maire de Dakar réagit avec ces propos : «C’est moi que la Dic doit convoquer».

Poursuivant, Khalifa Sall estime qu’ «il est inutile que la Dic s’acharne sur les jeunes socialistes».

«Qu’on m’appelle, je suis prêt à répondre à la justice», soutient-il à la Une du Populaire, ajoutant : «Les vrais responsables c’est nous. Ces jeunes qui sont traqués se réclament tous de moi ou sont proches de moi».

Dans La Tribune, le maire socialiste de Dakar renchérit : «Qu’on me convoque à la police. Je connais des choses, je me suis longtemps tu. Les jeunes interpelés n’ont rien fait».

L’électricité fait la Une du Soleil qui souligne que «1.192 villages (sont) électrifiés en 3 ans» avec «110 milliards f cfa déjà mobilisés par l’Etat».

Selon le journal, un taux de couverture de 60% est attendu d’ici à 2017.

Dans Sud Quotidien, «la classe politique se dédouane» du discrédit jeté sur les organes de contrôle à l’issue des résultats des audits.

Pendant ce temps, Le Quotidien informe qu’après les 20 expulsés des Etats-Unis, «40 Sénégalais (sont) en salle d’embarquement».

L’Observateur revient sur la réunion du Secrétariat national de l’Alliance pour la République (Apr, au pouvoir) et note que «Macky zappe Karim».

«Je n’ai pas besoin de passer par le dialogue national pour me rapprocher du Pds», dit le chef de l’Etat dans L’Obs qui souligne que le président arme sa troupe pour la campagne de l’élection des Hauts conseillers des collectivités territoriales.

«Débat autour d’une grâce pour Karim-Macky Sall tape sur la table», note Libération.

Sur la Libération prochaine de Karim, Rewmi estime que «Y’en a marre (qui s’y oppose) prolonge son combat contre les Wade», avant de se demander : «Y a-t-il des lobbies derrière ?».