Les quotidiens du mercredi font le bilan d’un accident de bus et du chavirement d’une pirogue

Le bilan de l’accident d’un bus de transport en commun survenu hier matin à Kaolack (Centre) et qui a fait huit morts, et le chavirement d’une pirogue à Saint-Louis (Nord) avec ses 8 morts et un disparu, font la Une de la presse de ce mercredi.
«Horreur sur la route de Kaolack : 8 morts et 59 blessés», titre Grand-Place.

Faisant le total des victimes de cet accident et les huit autres d’un chavirement d’une pirogue au Nord du Sénégal, L’As fait état d’un «mardi d’hécatombe» et parle de «16 morts et plus de 59 blessés».

«Accident de circulation, noyade, et incendie : 16 morts, 4 villas et 10 cases incendiées», titre Sud Quotidien.

Selon nos confrères, les lundi et mardi ont été macabres au Sénégal. «En effet, poursuit le journal, 8 personnes ont été tuées dans un accident de circulation à Kaolack. Le même nombre de personnes a perdu la vie dans une noyade, suite à un chavirement de leur embarcation à Saint-Louis. Dans la station balnéaire de Saly (Ouest), c’est un incendie d’une rare violence qui s’est déclaré dans les résidences, transformant en cendres quatre villas, 10 cases et occasionnant sept blessés».

La Tribune estime que le mardi a été triste à Kaolack et Saint-Louis. «Un jour, 18 morts», titre le journal, rappelant qu’une famille a péri dans une pirogue à Saint-Louis.

«16 morts en moins de 24 h. Huit morts et 57 blessés dans un accident de bus sur la route de Kaolack. Huit morts et un disparu dans le chavirement d’une pirogue à Salgui Gandon (Saint-Louis)», note Le Populaire.

Sur le chavirement d’une pirogue à Gandon, Direct-Info précise que ce sont 9 personnes dont 4 bébés qui ont perdu la vie.

«Début de semaine macabre : 9 morts à Saint-Louis, 8 sur la route de Kaolack», écrit EnQuête.

En politique, ce journal consacre sa rubrique «En vérité avec» à Mamadou Ndoye, secrétaire général de la Ligue démocratique (Ld, mouvance présidentielle), qui affirme : «Macky Sall ne me consulte pas assez».

«Comment peut-on parler de chef de l’opposition sans consulter l’Opposition ? Avec 70 syndicats, les grèves deviennent incessantes. Il faut poursuivre la traque des biens mal acquis avec conséquence», dit M. Ndoye.

De son côté, Walfadjri se focalise sur le Haut conseil des collectivités territoriales et la Commission nationale de dialogue des territoires et estime que «Macky déterre la hache de guerre contre Djibo et Tanor».

Traitant des querelles intestines et de la cacophonie dans sa communication, L’Observateur révèle que «Macky siffle la fin de la récréation». Le journal informe qu’il est désormais interdit aux partisans du Chef de l’Etat de s’exprimer en public sur des sujets dont on ne maîtrise pas.

Les transports occupent la Une du Témoin qui constate que «le Sénégal (est) malade du ciel et de la terre», avec le blocus de la transgambienne pour lequel les routiers sénégalais sont intraitables, et la dissolution annoncée de Sénégal Airlines dont la gestion nébuleuse du Dg est la racine du mal.

Toutes choses qui poussent Direct-Info à parler de l’édification d’une voie de contournement pour rallier la Casamance. «Senghor, Diouf et Wade ont-ils failli leur mission ? Macky face à l’histoire», titre Direct-Info.

Le Quotidien parle d’économie avec ces 180 milliards à la lever à la Bourse régionale des valeurs mobilières et indique que «le Sénégal va au marché».

Pendant ce temps Le Soleil insiste sur les propos du Pm Dionne au lancement du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (Maep). Dans ce journal, le chef du Gouvernement affirme : «La bonne gouvernance, une exigence pour le Sénégal».