Les quotidiens du jeudi décortiquent le rapport de la Cour des comptes

Le rapport 2013 de la Cour des comptes remis mardi au Chef de l’Etat, Macky Sall, et hier au président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse, est largement commenté par la presse parue jeudi, qui se focalise sur les cas de mauvaise gestion révélées dans les structures publiques contrôlées.

Ainsi, L’As parle d’ «un pillage organisé» à la Caisse de Sécurité sociale (CSS), à l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) et aux collectivités locales.

Selon le journal, il y a eu à la CSS des «acquisitions scandaleuses de terrains à Bambilor et sur la VDN», et qu’à l’ARTP «Wade a mouillé l’ancien DG Ndongo Diao».

Sur le scandale à la CSS, EnQuête parle de «mafia autour de 12 milliards» avec cette «acquisition de terrains à des prix onéreux à Bambilor et sur la VDN».

«Caisse de sécurité sociale, SIRN, Bourses, Imprimerie nationale, ville de Dakar…Comment le pays a été pillé», titre La Tribune, révélant du coup un gap de 1,4 milliard à la ville de Dakar, et des milliards dilapidés dans différentes sociétés.

Traitant du même sujet, Walfadjri fait état de «foire aux magouilles» et souligne un «double salaire pour l’assistant du Premier ministre, un million de facture téléphonique de Mamadou Massaly, ex-PCA de la SIRN, et des avantages indus aux administrateurs de la même société».

Le Témoin insiste sur le cas de la Caisse de sécurité sociale et y décèle «une bamboula» avec 74 millions F CFA de billets d’avions pour le PCA Mamadou Racine Sy.

«A 48 h de son départ en décembre 2011, l’ancien DG de la CSS, Iba Guèye recrute 45 agents entre le 23 et 24 novembre 2011», révèle Le Témoin.

«Le banquet des prédateurs», écrit Libération à sa Une, en insistant sur l’ARTP qui a viré 330 millions F CAF en Israël sur ordre du ministre de l’Intérieur, offert 108 millions F CFA à l’Agence nationale pour l’organisation de la conférence islamique (ANOCI, gérée à l’époque par Karim Wade), et dépanne Thierno Ousmane Sy, ancien conseiller en TIC de Me Wade pour 3 millions F CFA.

«Me Wade a offert 8 milliards F CFA à la société de téléphonie Expresso et gonflé les honoraires de Pierre Goudiaby Atépa pour la RTA à 300%», ajoute Libération.

Toutes choses qui font écrire à Direct-Info : «Des milliards détournés sur le dos des Sénégalais».

«La Cour compte les caranges», note L’Observateur, qui revient également sur l’affaire Thione Seck, entendu avant-hier sur le fond de son dossier relatif à l’association de malfaiteurs, détention de faux billets de banque…Selon le journal, «Thione engage un nouveau combat» en saisissant la chambre d’accusation et que ses avocats demandent l’annulation de la procédure.

Le Populaire se focalise sur le cas du lutteur Ama Baldé écroué à Rebeuss pour avoir giflé un policier lors de son face à face avec Gouye Gui, et informe qu’il sera jugé demain. «Placé sous mandat de dépôt, Ama Baldé jugé ce vendredi», ajoute Sud Quotidien, à la Une duquel journal, on apprend, à propos de la réduction du mandat présidentiel de 7 à 5 ans, que «le Conseil constitutionnel (sera saisi) en arbitre».

Sur le classement de Transparency international sur la lutte contre la corruption, Le Soleil informe que «le Sénégal classé premier de l’Uemoa et de l’Ohada». «Classé 69ème mondial sur 174 pays avec une progression de 43 points, le Sénégal sort de la zone rouge, devenant ainsi le 10ème pays africain, le 3ème de la Cedeao et 1er de l’Uemoa et de l’Ohada», expliquent le journal.