Les quotidiens du jeudi à fond sur la sortie de Wade

Plusieurs sujets relatifs à la réaction de Me Abdoulaye Wade sur le débat autour de la double nationalité et sur la décision du Cirdi de faire payer à Karim Wade et Cie plus de 400 millions f cfa à l’Etat du Sénégal, à la politique, aux faits divers, entre autres, sont au menu des quotidiens parus ce jeudi.
Dans Le Populaire, l’ex-président parle de «l’extension des pratiques antidémocratiques du régime Sall» et estime que «Macky (est) pire que les présidents fascistes».

Dans le journal, Me Wade dénonce plus de trois années de «matraque, de dispersions violentes de réunions, d’emprisonnement» et blanchit son fils après la décision du Cirdi sur l’affaire Bibo.

«C’est tout l’échafaudage de Macky qui s’écroule du sommet des arrêts de la Cour suprême à l’instruction de la Commission d’instruction de la CREI», estime Me Wade dans le même journal.

«Décision du Cirdi dans l’affaire Bibo Bourgi-Me Wade jubile et mobilise ses troupes», titre Walfadjri.

Pour La Tribune, réagissant au débat sur la double nationalité, «Wade fonce sur Macky».

De son côté, Sud Quotidien s’intéresse à l’adoption ce jeudi par l’Assemblée nationale de la loi portant refonte partielle du fichier électoral et alerte : «Vers une guerre larvée !»

Revenant sur les «Panama papers», Libération donne «les bijoux cachés de Papa Mamadou Pouye».

Le Témoin affiche à sa Une le rebondissement dans l’affaire du policier corrompu filmé en pleine circulation de Dakar, et indique que «l’auteur de la vidéo (est) arrêtée».

«Tout est parti du facebook de son amant informaticien à l’Asecna. La grande sœur en fuite activement recherchée. Le chauffeur relâché», expliquent nos confrères du Témoin.

«Rebondissement dans l’affaire du policier corrompu : Le flic déféré au Parquet», renchérit L’As, à côté du journal EnQuête qui donne «les raisons de la brouille» diplomatique entre Dakar et Nouakchott.

Selon ce journal, la Mauritanie préfère un axe diplomatique renforcé avec Banjul plutôt qu’avec Dakar, et que le Sahara occidental est la pomme de discorde.

Traitant de la construction de l’Université du Sine Saloum, L’Observateur décortique la «controverse autour d’un marché de 41,5 milliards f cfa».

Toujours en éducation, Le Soleil informe d’une enveloppe de «70 milliards f cfa pour résorber les abris provisoires».