Les importations d’oignons reprennent lundi prochain

Les importations d’oignons vont redémarrer ce lundi 22 Août. C’est du moins ce qu’a annoncé Amadou Abdoul Sy, directeur général de l’Agence de régulation des marchés (Arm). Il s’exprimait hier, mardi 16 Août, lors d’une réunion consacrée à la commercialisation de l’oignon au Sénégal.

La mesure consistant  à geler les importations d’oignons au Sénégal, pour permettre aux producteurs locaux d’écouler leurs marchandises sur le marché, sera levée ce lundi  22 Août. L’annonce a été faite par  Amadou Abdoul Sy, le directeur général de l’agence de régulation des marchés (Arm)  hier, mardi 16 Août, lors d’une  réunion sur la filière oignon.

« On s’est rendu compte qu’il y a de l’oignon, mais la variété de fin de campagne de prés hivernale est une variété qu’on ne peut pas stocker pendant longtemps. Les prix aussi commencent à augmenter de manière considérable dans le marché. Vu cette situation l’ensemble des acteurs de la filière  ont décrété le début des importations. Donc l’ouverture du marché est prévue  à partir du lundi 22 Août  2016 », indique -t-il.

A l’en croire, le Sénégal poursuit déjà sa route vers l’autosuffisance. Mieux, il déclare même que l’autosuffisance en quantité a été atteinte. « On n’a pas les moyens de stockage, de calibrage et l’ensemble des outils d’accompagnement post récolte. Ce qui fait qu’on a encore quelques mois d’importations », se justifie-t-il.

Le directeur de l’Arm a aussi affirmé que cette année la production déclarée par la direction de l’horticulture est de 367.500 tonnes contre 350. 000 tonnes l’année passée. Avant de relever que le Sénégal a une consommation mensuelle qui tourne autour de 20. 000 tonnes. « Il  y a également la fête de Tabaski qui arrive. Et dans cette période qui va du 22 Août au 31 décembre, se dérouleront  les grandes manifestations religieuses telles que le Gamou et le Magal. Donc, il  est extrêmement difficile de mesurer le niveau de consommation du Sénégal durant cette période sans compter les fêtes de fin d’année », souligne-t-il.

Selon lui, le Sénégal a multiplié sa production  qui est passée de 40.000 tonnes en 2003, année  de la création de l’Arm, à  367.000 tonnes aujourd’hui. Malgré tous ces efforts consentis  dans la production, il se pose un problème  d’investissement pour accompagner la partie post récolte  qui va de la récolte à la consommation. Ainsi, appelle-t-il  les commerçants et les partenaires à se mobiliser pour avoir des unités de calibrage et d’emballage afin d’avoir des oignons de qualité.

« On ne peut pas continuer à avoir des sacs recyclés de 40 Kg,  étant donné que la norme mondiale est un sac de 25 Kg. On a mis en place un comité pour réfléchir sur le comportement du collège des commerçants et voir comment promouvoir les prestations de service qui vont accompagner la qualité de l’oignon du Sénégal », a-t-il conclu.