Les frondeurs du Parti démocratique sénégalais toujours à la Une des quotidiens

Les quotidiens parus vendredi accordent un traitement de faveur aux frondeurs du Parti démocratique sénégalais (Pds, opposition) qui exigent la refondation dudit parti, se focalisant tantôt sur leur radicalisation, tantôt sur la suspension des procédures qui devaient aboutir à leur traduction devant la Commission de discipline de cette formation libérale, au pouvoir de 2000 à 2012.

«Malgré la suspension des auditions : Fada (meneur de la fronde) et Cie se radicalisent», titre EnQuête, faisant noter que les frondeurs contestent la composition du nouveau secrétariat national du Pds, et vont engager un pool d’avocats pour réfléchir sur la plainte contre la commission de discipline.

Selon L’As, «Modou Diagne Fada et Cie se radicalisent» et «servent une sommation interpellative à Farba Senghor et brocardent la Commission de discipline».

«Fada fait plier Wade», écrit Libération. Revenant sur la suspension de l’audition de frondeurs, Le Quotidien note que «Wade cède à la pression» de Fada et Cie qui contestent le nouveau secrétariat national du Pds.

«Wade arrête tout. Madické Niang et le maire de Rufisque en pompiers. Fada sert une sommation à Farba Senghor», lit-on à la Une de La Tribune.

Le Populaire consacre sa Une au début du ramadan2015 et fait état de «querelle salée autour du sucre» avec l’Union nationale des commerçants et industriels du Sénégal (Unacois) qui annonce une rupture des stocks.

«Une mafia sénégalaise de la drogue démantelée en Italie. Une arrestation hollywoodienne avec 120 policiers après 46 812 heures d’écoutes téléphoniques. Le clan des Sénégalais faisait un chiffre d’affaires d’un million d’euros par an et vendait 40 kg de drogue par semaine», écrit Le Populaire.

Pendant ce temps, Libération affiche à sa Une le maire de Sicap-Baobab-Mermoz, Barthélémy Dias, qui est dans le viseur de la Sûreté urbaine, après que ce maire socialiste a détruit des panneaux publicitaires installés dans son territoire communal.

Nos confrères de Walfadjri traitent de la démission de l’Agent judiciaire de l’Etat et informe qu’ «Aïcha Gassama Tall refuse de jouer le sale boulot et claque la porte».

Selon le journal, ce «sale boulot» devait concerner les dossiers d’Arcelor Mittal et celui du député Moustapha Cissé Lô qui voulait se faire indemniser par l’Etat après l’incendie de sa boulangerie et de son domicile de Touba.

Le Soleil revient sur le parrainage du chef de l’Etat sénégalais de la 27ème Promotion de l’école militaire de Koulikoro du Mali et informe que «Macky Sall donné en exemple aux officiers stagiaires». «Le parrain est un homme imbibé de valeurs», dit le Premier ministre malien, Modibo Keïta, dans Le Soleil.